Bilan

Le FMI relève sa prévision de croissance 2016 pour la Suisse

Le FMI relève lundi sa prévision de croissance pour l'économie helvétique en 2016 à 1,5%, contre 1,3% au dernier pointage.

Le FMI loue au passage la politique monétaire menée par la Banque nationale suisse (BNS), grâce à laquelle le franc n'est plus que "modérément surévalué" par rapport aux autres devises.

Crédits: Keystone

Le Fonds monétaire international (FMI) relève lundi sa prévision de croissance pour l'économie helvétique en 2016 à 1,5%, contre 1,3% au dernier pointage. A moyen terme, l'institution table sur une progression du produit intérieur brut (PIB) de 1,75%, détaille un communiqué du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales.

Le pays jouit, en plus d'une grande capacité de résistance et d'adaptation, d'une reprise conjoncturelle durable, de l'avis du FMI. L'organisation loue au passage la politique monétaire menée par la Banque nationale suisse (BNS), grâce à laquelle le franc n'est plus que "modérément surévalué" par rapport aux autres devises.

Le FMI n'en propose pas moins des améliorations à la BNS. Il s'agit notamment de renforcer l'application des taux négatifs afin de lutter contre la forte appréciation du franc, a dit Rachel van Elkan lundi devant la presse à Berne lors de la présentation des résultats de l'examen annuel de la Suisse. Une possibilité serait de baisser le seuil d'exemption, une autre d'enfoncer encore les taux négatifs.

L'application de taux négatifs et les interventions ponctuelles sur le marché des devises sont deux instruments qui ont fait leurs preuves. Selon, le directeur suppléant de la BNS, Thomas Moser, "nous reconsidérerons l'application de ces deux instruments si la situation devait changer. Ce n'est pas le cas actuellement".

Le FMI propose également d'envisager la possibilité de reporter les ressources budgétaires non utilisées sur l'exercice suivant. Il constate que les dépenses inscrites dans les comptes de la Confédération et des cantons sont souvent inférieures aux montants budgétisés. Ces excédents contribuent à réduire la dette publique.

Fléchissement du commerce international, instabilité sur les marchés financiers, incertitudes relatives à l'application de l'initiative sur l'immigration de masse, relations économiques avec l'Union européenne ou encore évolution des marchés immobilier et hypothécaires constituent autant de risques pour la conjoncture suisse, énumère le FMI.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."