Bilan

Le directeur de la FER appelle à dynamiser la relation avec l'UE

Le directeur général de la Fédération des entreprises romandes estime que la Suisse doit conclure un accord cadre institutionnel avec l'UE.

En revanche, en Suisse romande, les gens n'ont pas peur, constate le directeur général de la FER.

Crédits: Keystone

Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes (FER), estime que la Suisse doit conclure un accord cadre institutionnel avec l'Union européenne (UE). Le besoin est évident, a-t-il déclaré mardi dans une interview accordée au Temps.

Le patron des patrons genevois considère que les conséquences du problème "des juges étrangers" sont "énormément" exagérées. A ses yeux, il est logique que l'UE fasse interpréter son droit par la Cour de justice européenne (CJUE) et que la Suisse fasse de son côté appel au Tribunal fédéral.

Selon M. Matthey, des milliers d'accords qui prévoient un tel mécanisme ont déjà été signés par la Suisse. "Il en va ici autrement, uniquement parce que c'est l'UE et qu'elle est vue comme une problématique viscérale chez certains". En Suisse alémanique, la menace des juges étrangers "est une fiction très forte", note-t-il.

En revanche, en Suisse romande, les gens n'ont pas peur, constate le directeur général de la FER. "Bien sûr, je suis sensible au fait que l'on ne doit pas se soumettre à un tiers. Mais je n'ai jamais compris la discussion avec l'UE comme une soumission mais comme une discussion entre deux parties qui se respectent."

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."