Bilan

Le Conseil fédéral propose 374,2 millions pour la promotion économique

Le Parlement est prié de libérer 374,2 millions de francs pour répondre à des besoins renforcés par le franc fort.

Les moyens de la promotion économique seront donc plus importants que les 359,5 millions alloués pour 2012-2015. Le tourisme continuera à se tailler la part du lion avec 250 millions.

Crédits: Keystone

L'économie suisse doit renforcer sa compétitivité. Pour la soutenir et aider à la création d'emplois, le Conseil fédéral a adopté mercredi son message sur la promotion économique 2016-2019. Le Parlement est prié de libérer 374,2 millions de francs pour répondre à des besoins renforcés par le franc fort.

Le franc fort avait déjà mis au défi la place économique en 2011. La situation est plus tendue depuis la mi-janvier avec l'abandon du cours plancher de la monnaie helvétique face à l'euro, a constaté le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann devant la presse.

Les moyens de la promotion économique seront donc plus importants que les 359,5 millions alloués pour 2012-2015. Le tourisme continuera à se tailler la part du lion avec 250 millions. Le programme Innotour recevra de 30 millions, soit 10 de plus qu'actuellement.

Suisse tourisme bénéficiera de 220 millions. L'organisation poursuivra sa double stratégie: trouver de nouveaux clients dans les pays émergents et vendre la destination helvétique aux Suisses eux-mêmes, a précisé conseiller fédéral. Il s'agit aussi de mettre en oeuvre le programme d'impulsion pour soutenir l'adaptation des structures, rendu nécessaire par l'initiative sur les résidences secondaires et le franc fort.

Le bilan des actuelles mesures de soutien n'a pas encore été tiré, a relevé M. Schneider-Ammann. Mais elles ont contribué à 4 millions de nuitées dans le pays, a-t-il assuré. La Suisse est chère pour les touristes, mais les produits vendus sont d'excellente qualité.

Pour les PME, la cyberadministration devra prendre son essor. Une enveloppe de 17,7 millions devrait permettre d'introduire un guichet unique impliquant tous les échelons de l'Etat permettant aux entreprises de régler efficacement leurs affaires avec les autorités avec moins de charges administratives.

La promotion des exportations devrait bénéficier d'une enveloppe de 89,6 millions de francs et porter une plus grande attention doit être portée aux branches à forte valeur ajoutée. L'offre de prestations de Switzerland Global Enterprise (anciennement OSEC) doit quant à elle être modulée en fonction des besoins sectoriels de ses clients, puis numérisée.

Le message prévoit par ailleurs 16,4 millions pour la promotion des conditions d'implantation des entreprises en Suisse.

Innovation régionale

Les Chambres fédérales devront aussi plancher sur un deuxième programme pluriannuel 2016 à 2023 pour mettre en oeuvre la nouvelle politique régionale. Le gouvernement propose de la financer en alimentant le Fonds de développement régional à hauteur de 230 millions de francs sur huit ans.

Le soutien aux systèmes régionaux d'innovation occupe une place centrale de la politique régionale. Son but: améliorer la coordination des acteurs de la promotion de l'innovation en faveur des PME, et exploiter au mieux les potentiels d'innovation régionaux.

Un programme de soutien à la conjoncture n'est pas nécessaire, a assuré le chef de l'économie. S'il le fallait, il ne faudrait que 60 jours pour soumettre un plan au Parlement, les scénarios élaborés en 2011 sont toujours disponibles. "Mais ce n'est pas du tout d'actualité", a-t-il ajouté.

 

L'attrait de Genève est resté important en 2014

L'attrait de Genève pour les entreprises étrangères est resté important l'an dernier malgré un environnement marqué par des incertitudes. En 2014, 35 sociétés étrangères se sont implantées dans le canton, davantage qu'en 2013, a indiqué jeudi le Service de la promotion économique (SPEG).

L'arrivée de ces sociétés a entraîné la création de 170 emplois à court terme, avec une projection de 450 emplois sur trois ans, a précisé le canton. Pierre Maudet, conseiller d'Etat chargé du département de la sécurité et de l'économie, s'est réjoui "de ces résultats positifs pour le développement économique et pour l'emploi dans le canton".

"L'ouverture est une valeur clé de notre économie et l'installation de ces entreprises en provenance du monde entier le démontre. La pression sur les conditions-cadres, due en large partie au renchérissement du franc et aux incertitudes migratoires et fiscales, est importante", a-t-il ajouté.

"Cependant, la force de nos clusters et les fondamentaux qui ont fait le succès de nos entreprises permettent d'être raisonnablement confiants pour l'avenir", a estimé Pierre Maudet.

Comparativement, 30 entreprises étrangères s'étaient établies dans le canton en 2013. Elles avaient permis la création d'une centaine d'emplois.

Les nouvelles entreprises sont en provenance des pays suivants: France (13), Etats-Unis (6), Russie (3), Inde (2), Chine (2), Japon (1), Royaume-Uni (1), Allemagne (1), Arabie Saoudite (1), Egypte (1), Pakistan (1), et Mexique (1).

Parmi elles se trouvent la firme française de négoce Roquette, l'américaine SPG Technologies active dans les technologies de l'information, la saoudienne Simprex 3D, l'entreprise pharmaceutique japonaise Santen, la russe active dans la finance VTB, l'allemande AISC (arômes et parfums), Tesla Motors (automobiles, Etats-Unis) et encore Govfaces (Mexique), a précisé le canton.

Le SPEG indique avoir renforcé sa collaboration avec les acteurs privés de la place financière, du négoce de matières premières, des sciences de la vie ainsi que du commerce de détail afin de dégager des synergies propices au développement et au maintien des conditions-cadres de leurs activités.

Un accent spécifique a été mis sur l'innovation et sur les activités à forte valeur ajoutée. A ce titre, le SPEG a encouragé la synergie des savoir-faire en favorisant les passerelles entre des multinationales, des PME et des start-up avec les hautes écoles, l'université, les instituts de recherche, les partenaires institutionnels ou privés ainsi que les organisations internationales.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."