Bilan

Le conseil d'administration de Swatch réélu massivement

Le conseil d'administration de l'horloger a été réélu mercredi à une large majorité lors de l'assemblée générale annuelle malgré l'opposition d'organisations actionnariales.
«Le Swatch Group est une famille et donc on ne se tape pas dessus», a déclaré Nayla Hayek, la présidente du conseil d'administration. Elle a donc remercié les 2657 actionnaires présents «d'être si fidèles et de partager les mêmes valeurs» que la famille Hayek.



Quelques jours avant l'assemblée générale, des voix s'étaient élevées pour dénoncer le manque de transparence dans la gouvernance de Swatch Group. La Fondation Ethos avait notamment relevé que l'entreprise était une des dernières à pratiquer une réélection en bloc et pour trois ans de tous les membres du conseil d'administration et qu'elle devra prochainement revoir sa pratique avec l'initiative Minder.



Finalement, seul un petit actionnaire a demandé à l'assemblée d'élire séparément chaque membre du conseil d'administration. Cette proposition a été balayée. La présidente Nayla Hayek, son frère et directeur général du groupe Nick Hayek, Esther Grether, Ernst Tanner, Claude Nicollier et Jean-Pierre Roth ont été réélus quasi à l'unanimité.



Il faut dire que le pool Hayek et les proches détiennent 41,7% des voix. Le groupe d'actionnaires autour d'Esther Grether, membre du conseil d'administration, détient également 7,2% des voix.

Comptes largement approuvés

Les comptes 2012 ont été aussi approuvés pratiquement à l'unanimité. Avant le vote, seul un petit actionnaire a posé une question sur l'avenir du numéro un mondial de l'horlogerie. Nayla Hayek lui a déclaré que le groupe continuait à faire de grands investissements et pas seulement en Asie mais notamment en Amérique et en Suisse.



Le renforcement du label swiss made est également nécessaire, a ajouté Nayla Hayek. La présidente a toutefois reconnu qu'il est possible qu'une année le groupe ne dépasse pas ses records mais que c'est le long terme qui compte.



De son côté, Nick Hayek, a relevé que le développement du nouveau mouvement mécanique entièrement automatisé de la Swatch, nommé sistem51 et dévoilé à Bâle, a coûté plus de 50 millions de francs et nécessité 17 brevets. Ce nouveau modèle sortira en octobre. «Ce mouvement mécanique est entièrement swiss made» et le prix reste abordable (100-200 francs), s'est réjoui le patron.

Des têtes blanches

Le chiffre d'affaires brut du groupe a progressé l'an dernier de 14% à 8,14 milliards de francs et le résultat net de 26% à 1,6 milliard. Vu ses bons résultats, les actionnaires ont accepté d'augmenter le dividende à 6,75 francs, contre 5,75 francs l'année dernière pour l'action au porteur et celui par action nominative à 1,35 franc (1,15 franc).



L'assemblée de Swatch Group attire les petits actionnaires, en nette majorité des têtes blanches, en masse. La salle du Palais des Congrès de Bienne n'étant pas assez grande, une tente a dû être installée à la rue Centrale. Très largement acquis à la famille Hayek, ces petits actionnaires ont souvent applaudi, heureux de repartir avec une swatch série limitée.































François-Xavier Lanfray

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."