Bilan

Le Collège Champittet, l’art de l’excellence

L’objectif de l’école privée? Faire de ses apprenants de futurs adultes bénéficiant d’une grande capacité d’adaptation dans le monde professionnel.
  • L’école accueille 800 élèves à Pully et 190 à Nyon, âgés de 4 à 18 ans. Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Il est 8 heures dans la commune huppée de Pully lorsque la valse des voitures débute sur le parking du Collège Champittet. Les portes s’ouvrent et laissent descendre des écoliers dont l’objectif – et celui de leurs parents! – est d’acquérir le Graal qui leur ouvrira les portes des universités suisses et étrangères. Ici, il y en a trois: la maturité suisse, le baccalauréat français et le baccalauréat international.

D’une berline allemande sortent trois enfants âgés de 8, 10 et 12 ans. Leur mère est ravie: «En plus d’un niveau d’anglais très élevé, ils bénéficient ici d’un campus verdoyant avec de nombreuses installations sportives.» Effectivement, jouxtant le parking, on trouve deux courts de tennis, un terrain de foot, deux terrains de basket, une piste d’athlétisme… L’école met largement l’accent sur le sport.

Pour preuve, sur le millier d’élèves de l’établissement privé, pas moins de 250 prendront part aux différentes courses organisées lors des 20 km de Lausanne. Ils seront encadrés par une centaine de professeurs et parents. Mais la pratique ne fait pas tout en sport, encore faut-il avoir le mental. Ainsi, lors d’une conférence destinée aux élèves, Sergei Aschwanden, judoka suisse et médaillé de bronze aux JO de Pékin en 2008, s’est adressé aux élèves en leur expliquant le sens de l’effort et les sacrifices nécessaires à l’accomplissement d’une carrière.

Sur le chemin des classes, les étudiants passent devant un autre lieu central du collège, la chapelle. Cette dernière rappelle que cette institution, créée il y a tout juste cent dix ans par les pères dominicains, offre une éducation religieuse aux élèves dont les parents le souhaitent ou des cours d’histoire des religions du monde. Ce dernier argument est l’une des raisons qui poussent certains parents vers ce collège.

«Après avoir opté pour un enseignement privé, mon mari et moi-même voulions aussi un établissement catholique, confirme Valérie Sutter, dont les deux enfants de 13 et 14 ans fréquentent l’école depuis plusieurs années. Le Père Charles est très présent dans l’encadrement et de nombreux voyages à caractère religieux sont organisés chaque année.»

Si le campus dispose d’autant d’infrastructures, c’est aussi parce qu’il abrite un internat qui accueille à ce jour une soixantaine de jeunes âgés de 11 à 18 ans. Certains rentrent le week-end, d’autres non. «Notre internat ne doit pas être une sanction à un mauvais comportement du jeune à la maison, explique le directeur du développement académique Roland Lomenech. Au contraire, nous n’acceptons un interne que s’il est d’accord d’adhérer à notre projet éducatif.»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."