Bilan

Le chômage occupe la première place du baromètre des préoccupations des suisses

Le chômage, la question des étrangers, la prévoyance vieillesse et les questions de santé sont les quatre principales préoccupations des Suisses en 2014. Les Helvètes sont majoritairement satisfaits de leur situation économique.

Parmi les institutions politiques, c'est le Conseil fédéral qui jouit de la plus grande confiance (57%).

Crédits: DR

Le chômage, la question des étrangers, la prévoyance vieillesse et les questions de santé sont les quatre principales préoccupations des Suisses en 2014. Les Helvètes sont majoritairement satisfaits de leur situation économique indique le baromètre des préoccupations du Credit Suisse 2014 publié mardi.

Selon l'étude, les sondés sont profondément fiers de leur pays et font confiance à la Banque nationale et au Tribunal fédéral

Pas moins de quatre préoccupations en relation avec l'étranger figurent dans le top 10 du baromètre. Les principales menaces pour l'identité suisse viendraient également de l'extérieur: les problèmes avec l'UE (76%), l'immigration (73%), l'ouverture à l'international (70%).

Les citoyens s'expriment à 50% en première intention pour la poursuite des accords bilatéraux et à 16% en deuxième intention. Il faut au contraire dénoncer ces accords pour 24% des sondés en première intention, et pour 7% en deuxième intention. Une adhésion à l'Espace Economique Européen (12%/29%) est mieux acceptée par la population qu'une adhésion à l'UE (4%/10%).

Sur la scène internationale, les citoyens encouragent leurs dirigeants politiques à s'affirmer à l'heure des négociations, affirme l'étude.

Selon le baromètre, 60% des Suisses jugent que leur situation économique actuelle est bonne ou très bonne, et seuls 7% qu'elle est mauvaise ou très mauvaise. De plus, 92% estiment qu'elle devrait rester bonne, voire s'améliorer, au cours des douze prochains mois, tandis que 7% se montrent pessimistes.

Quelque 90% de la population se dit fière d'être Suisse. Cela représente une nouvelle augmentation de 4 points de pourcentage par rapport à l'année précédente, un niveau record. Cette fierté nationale se reflète sur les principales caractéristiques politiques et économiques de la Suisse.

Les Helvètes expriment aussi une confiance particulièrement importante à la Banque nationale (64%),au Tribunal fédéral (62%) et la police (60%). Parmi les institutions politiques, c'est le Conseil fédéral qui jouit de la plus grande confiance (57%).

"Il n'est pas étonnant que cette année encore, le chômage représente la préoccupation principale des Suisses, bien que seuls 7% d'entre eux aient peur de perdre leur emploi. La crainte du chômage provient bien moins de la situation personnelle des personnes interrogées que de leur perception du contexte général. On constate en effet une nette corrélation entre la crainte du chômage et l'évolution du taux de chômage", a expliqué René Buholzer, responsable Politique et Durabilité de Credit Suisse.

La grande banque a mandaté l'institut de recherche gfs.bern pour mener cette étude. Quelques 1010 personnes disposant du droit de vote et issues de toute la Suisse ont été interrogées entre le 28 juillet et le 16 août 2014.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."