Bilan

Le cannabis pourrait devenir «l'or vert» du Colorado

Déjà à la pointe de la production industrielle de cannabis à des fins thérapeutiques, l'Etat américain du Colorado légalise complètement ce marché dès le 1er janvier. Sommes colossales en jeu.
  • A Denver, les boutiques où est vendue la marijuana à des fins thérapeutiques sont appelées des «dispensaires», c'est-à-dire des centres médicaux. Le nom d'un d'entre eux? «Ganja gourmet». Crédits: Reuters
  • La marijuana a été légalisée à des fins thérapeutiques («medical use») dans vingt Etats des Etats-Unis. Elle est notamment utilisée pour atténuer les douleurs liées aux chimiothérapies. Mais la loi fédérale considère toujours la marijuana comme une «drogue dangereuse». Crédits: Reuters
  • Deux Etats, le Washington et le Colorado, ont approuvé l'utilisation de la marijuana à des fins «récréatives» («recreational use»). Jusqu'à présent, le Colorado possédait la production de marijuana à des fins thérapeutiques la plus industrielle du pays. Il pourrait donc bien être le premier à le vendre plus largement à des «fins récréatives». Crédits: Reuters
  • Ici, un centre de culture à des fins thérapeutiques. Depuis le 18 novembre 2013, quiconque vivant dans l'Etat de Washington peut demander une licence pour cultiver jusqu'à 2800 mètres carrés de cannabis. Crédits: Reuters
  • L'entreprise Medicine Man, dans le Colorado, a réalisé un chiffre d'affaires de 3,7 millions de francs en 2013 et escompte en faire 9,9 millions pour 20014, suite à la légalisation de la vente à des fins récréatives. Pour l'heure, seuls les habitants de cet Etat présentant une justification médicale peuvent en acheter. Crédits: Reuters
  • Ces entreprises, fussent-elles uniquement à des fins thérapeutiques à l'heure actuelle, sont surveillées 24h/24 par pléthore de caméras de surveillance. Ainsi, Daniel Williams de Cana security, témoignait le 18 novembre 2013 sur France2: «Nous sommes capables de suivre toute la chaîne de production de A à Z: de la jeune pousse à la récolte, en passant par la floraison, au cas où la police aurait besoin d'images.» Crédits: Reuters
Près de 50 millions de francs par an. C'est ce que devraient rapporter les taxes issues de la vente légale de cannabis au Colorado pour 2014. L'Etat du centre des Etats-Unis légalise ce type de transaction dès le 1er janvier prochain. «Soit le budget de l'Education pour tout l'Etat», pouvait-on entendre en conclusion d'un sujet au «20 heures» de France 2 le 18 novembre. Et ces 10 à 15% de taxes prévus ne sont rien à côté des 25% que l'Etat de Washington, qui a adopté une loi similaire, impose dans le processus du producteur au consommateur.

Le Colorado et l'Etat de Washington faisaient jusqu'à présent partie d'un groupe de vingt autres Etats américains qui avaient légalisé la vente de cannabis à des fins thérapeutiques (medical use). Seuls les résidents de l'Etat concerné, munis d'une ordonnance médicale, pouvaient prétendre acheter, dans un «dispensaire», quelques grammes d'herbe pour soulager des maux dûment répertoriés comme les douleurs liées à une chimiothérapie ou à des douleurs chroniques.

Mais, dès le 1er janvier, quiconque, sans ordonnance médicale, pourra repartir avec quelques grammes de marijuana dans les poches car «l'usage récréatif» (recreational use) sera autorisé. «On est en train de faire passer le cannabis de l'état de sous-culture à une production industrielle», témoigne le patron de l'entreprise spécialisée «Medicine Man» dans le sujet de France 2.

Business florissant

La société d'Andy Williams n'affiche qu'un an au compteur. Et pourtant, elle compte déjà 30 employés. Avec la légalisation pour le simple quidam en vue, elle estime qu'elle fera plus du double de son chiffre d'affaires: de 3,7 millions de francs en 2013 à près de 10 millions de francs en 2014.

Et les commerces de cannabis, comme Medicine Man qui en propose quelque 80 variétés, ne sont pas les seuls à s'y retrouver. La législation impose pour l'heure que tout soit filmé, de A à Z, de la semence à la récolte. Les entreprises de vidéosurveillance fleurissent, comme «Cana security», qui affiche clairement sa spécialité.

Si cette nouvelle loi promet de beaux jours à bon nombre d'entreprises liées de près ou de loin à la production de cannabis, sans oublier l'Etat et les taxes inespérées qu'il récupèrera, il n'en reste pas moins que tout est réglementé: la superficie cultivable (2800 mètres carrés dans l'Etat de Washington), le volume du marché légal (40 tonnes de marijuana, 40 tonnes pour ses produits dérivés, toujours dans l'Etat de Washington) ou encore les prix de vente (limités pour que le marché légal reste concurrentiel face au marché noir). Que cette loi n'a pas la prétention d'éradiquer.
Marion Moussadek

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."