Bilan

Le transport de marchandises a reculé de 2,2% en Suisse en 2019

Le transport de marchandises a diminué en Suisse de 2,2% entre 2018 et 2019. Le recul s'est chiffré à 2,7% sur la route et à 1,4% sur le rail, a indiqué mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Un tiers environ des marchandises transportées sur rail ont été acheminées en transport combiné.

Le transport dit "combiné" a gagné en importance ces dernières années.

Crédits: DR

Comme en 2018, le rail a représenté, en 2019, 37% de la prestation de transport totale, la route 63%. Par rapport aux autres pays, la part du rail est élevée en Suisse, sa moyenne avoisinant 19% dans les pays de l'UE.

Les transports à l'intérieur des frontières suisses représentent de loin la plus grande partie de l'acheminement de marchandises sur route au moyen de véhicules lourds. Ils ont ainsi représenté 65% des prestations de transport en 2019. Le trafic d'importation en a représenté 16%, le trafic d'exportation 10% et le trafic de transit 9%.

Ces données révèlent que les prestations de transport ont augmenté par rapport à 2000 dans tous les genres de trafic, sauf dans le trafic de transit.

Trafic de transit en baisse


Après avoir enregistré une hausse, parfois forte, pendant la première décennie de ce siècle, le trafic de transit à travers la Suisse est en baisse depuis 2011: il affichait ainsi 8% de moins en 2019 qu'en 2000.

Cette évolution s'explique d'une part par la politique de transports appliquée en Suisse qui vise à encourager le rail. D'autre part, le fléchissement conjoncturel en Italie après la crise économique de 2009 s'est fait sentir sur le trafic de transit.

Hausse des véhicules est-européens


Dans le trafic lourd, près d'un tiers des transports ont été effectués par des véhicules immatriculés à l'étranger. Sur l'ensemble des prestations assurées par ces derniers, les véhicules allemands (22%), italiens (13%) et polonais (13%) ont représenté les parts principales.

En 2008, la part des véhicules allemands atteignait encore 29%, celle des véhicules italiens 26% et celle des véhicules polonais seulement 5%. Les transports de marchandises effectués par des véhicules immatriculés dans d'autres pays est-européens ont elles aussi nettement augmenté entre 2008 et 2019. Ceux des véhicules roumains ont même été multipliés par six durant cette période.

Entrée dans l'UE en 2007, la Roumanie a bénéficié de l'ouverture du marché. Les véhicules immatriculés en Lituanie ont surtout gagné du terrain ces cinq dernières années et occupent désormais la quatrième place. La compétitivité des entreprises de transport est-européennes sur l'Europe occidentale s'explique avant tout par le niveau des coûts de production, bas dans les pays de l'Est.

Transport combiné


Le transport dit "combiné" a gagné en importance ces dernières années. Ce système consiste à faire emprunter au moins deux modes de transport aux marchandises (route, rail, voie navigable) en transbordant non pas les marchandises elles-mêmes, mais par exemple des conteneurs.

En 2019, le rail a assuré le transport d'environ 20,7 millions de tonnes dans le transport combiné, soit 34% des marchandises acheminées sur rail. Le transport combiné représente même les trois quarts du transport transalpin de marchandises sur rail.

Avec 19,3 millions de tonnes nettes, le transport combiné non accompagné (TCNA) - à savoir le transport de conteneurs, caisses mobiles et semi-remorques - représentait la majeure partie du transport ferroviaire combiné. Le transport de véhicules routiers lourds complets n'a acheminé que 1,4 million de tonnes.

Ports rhénans: plus de transbordement


La navigation sur le Rhin a de son côté acheminé, en 2019, 732'000 tonnes nettes de marchandises vers les ports rhénans suisses à Bâle ou au départ de ceux-ci. Ce chiffre représente 12% du total de marchandises qui y sont transbordées.

En 2019, 73'656 conteneurs y ont été transbordés sur des bateaux, soit 10% de plus qu'en 2010 (66'959 conteneurs). Durant la même période, la part des conteneurs de 40 pieds s'est accrue, passant de 48% en 2010 à 59% en 2019. La part des conteneurs plus petits (de 20 pieds) a reculé en conséquence de 52% à 41%.

Sur route, la part du transport combiné avec des véhicules lourds indigènes s'est élevée à 5,2 millions de tonnes, soit 1,7% du volume total. Avec près de 300 millions de tonnes-kilomètre, le transport combiné équivalait à 2,7% de l'ensemble du transport de marchandises sur route par des véhicules indigènes.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."