Bilan

Le retour aux affaires pour les piscines de Suisse romande

Gage d’un été réussi, les piscines publiques ouvrent tour à tour depuis l’évolution positive des mesures sanitaires de l’OFSP début juin. Ces recommandations ont bouleversé leur organisation et certaines ont pris le pari ne pas rouvrir.

C'est reparti pour le grand plongeon dans les piscines publiques après plusieurs mois d'arrêt.

Crédits: Keystone

On l’attendait depuis longtemps ce grand plongeon, trop longtemps. Depuis le début du semi-confinement, notre été s’assombrissait à mesure des annulations et reports des événements sportifs, culturels ou des vacances à l’étranger. Les piscines n’étaient pas en reste et naviguaient en eaux troubles rythmées par les vagues des mesures sanitaires de l’OFSP.

On ouvre, on ouvre pas et sous quelles conditions? Les piscines étaient dans le flou: “On a eu beaucoup d’ordre et de contre-ordre ce qui a provoqué beaucoup de désordre”, déplore Laurent Faraone, gérant de la piscine de Prilly dans le canton de Vaud.

Un manque à gagner de 200’000 francs

Le semi-confinement a obligé les piscines a revoir leur ouverture. Certaines ont ouvert dès l'annonce de la troisième phase du déconfinement à l'instar de la piscine de Colovray à Nyon le 6 juin ou la piscine de Renens dans le canton de Vaud deux jours plus tard.

D’autres n’ont pas eu le choix que d'attendre mi-juin afin de respecter les mesures sanitaires de l’OFSP: «On ouvre normalement début mai mais on a du repousser au 20 juin car on avait un problème de caisse qui ne respectait pas les recommandations sanitaires, explique Laurent Faraone, on sait déjà que l’on va perdre beaucoup d’argent.» Un manque à gagner estimé à 200’000 francs. Une somme entièrement prise en charge par la commune.

Même son de cloche, pour la piscine voisine de Renens. Interviewée par le journal 24heures quelques heures avant sa grande ouverture, la piscine Aquasplash s’attend à un déficit de 150’000 à 200’000 francs de plus que celui d’une année normale variant entre 900’000 et 1,3 million.

L’ouverture tardive n’explique pas tout. En période de grande chaleur les deux piscines du nord lausannois peuvent se targuer d’accueillir 4’000 clients. La donne sera tout autre cette année en raison de la distance sociale de 2m entre deux personnes. Les piscines doivent donc suivre la règle drastique de 10m2 par personne. Elle permet de limiter la fréquentation maximale instantanée de clients dans toute l’enceinte dans la piscine, à savoir les bassins les surfaces de bassin, les plages, les pelouses, les plages en bord de lac, les zones wellness ou encore les zones de jeux.

Avec une nouvelle évolution positive des mesures sanitaires, la distanciation sociale est passée à 1,5m. L’association des piscines romandes et tessinoises qui compte 120 membres et 135 établissements préconise désormais un ratio de 4m2 par personne pour respecter cette nouvelle mesure. «On aura une capacité de 2’500 personnes et on fera des tournus de 50 personnes à l’entrée», développe le gérant de la piscine de Fleur-de-Lys, Laurent Faraone.

Malgré la baisse de capacité des clients, la piscine vaudoise n’a pas baissé ses prix qui oscillent entre 3.- pour les enfants à 6.- pour les adultes. La Ville de Genève a fait l’inverse en baissant ses prix entre 1,5 et 3.- pour ses piscines des Vernets et de Varembé. Un système de réservation en ligne a été mis en place en raison de la limitation à 1000 personnes.

«Rien ne change pour les noyades»

Les recommandations de l’OFSP modifient également la façon de sauver les nageurs. Les gardes-bains devront désormais surveiller les baigneurs mais également veiller au respect des mesures sanitaires. Là encore, une nouvelle organisation a été nécessaire: «Les maîtres-nageurs ont eu des formations dans notre infirmerie pour savoir comment équiper le client et comment l’accueillir au niveau de la protection personnelle», indique le gérant de la piscine de Prilly.

Mais comment sauver quelqu’un dans cette période où la poignée de main est désormais bannie? «Rien ne change pour les noyades, sourit Paul Savary, garde-bain à la piscine de Prilly, c’est une priorité alors on ne va pas changer nos consignes.» Pour les autres cas, les techniques de sauvetages seront adaptées afin de ne pas être en contact direct avec la personne: «Pour garder nos distances, nous avons des matériaux comme des cubes et des ficelles que l’on peut lancer, explique le garde-bain de Prilly, on bien sûr nos masques de protection et nos gants.» Afin de veiller au mieux à la sécurité des nageurs, des gardes-bains supplémentaires vont travailler en plus pour vérifier à la fois les mesures liées au coronavirus ainsi que la surveillance.

Une ouverture partielle pour les clubs

En raison des contraintes de l’OFSP, certaines piscines ont décidé de ne pas rouvrir au public cette année. La piscine intercommunal couverte Asse et Boiron dans la commune de Chéserex à Nyon fait parti des rares piscines en Suisse romande à avoir pris cette décision.

Pour Serge Melly, président de l’association responsable de la piscine, une ouverture intégrale était impossible: «Il aurait fallu mettre au point un énorme dispositif notamment au niveau de l’entrée qui est trop étroite mais également à la sortie. Les client auraient du sortir dans l’herbe», rigole Serge Melly. La piscine a donc pris la décision d'ouvrir partiellement ses bassins en privilégiant les clubs sportifs de la région comme le Cercle des Nageurs de Nyon ou les cours d’Aquagym, privés de certains revenus pendant la fermeture.

Pour eux tout a été mis en oeuvre avec un système de six nageurs par vestiaire qui effectuent le même chemin pour accéder à l'eau. Cela permet ainsi une désinfection draconienne des casiers, douches et vestiaires effectuée par les gardes-bains passés par le chômage technique. Pas d'entrée, des recettes quasiment inexistantes et des frais restant constants, la piscine accusera elle aussi un déficit colossal. Tout comme ses consoeurs, le manque à gagner dépassera les 250'000 francs, un montant épongé par la commune. En attendant, une nouvelle évolution des mesures sanitaires, la piscine ouvrira à nouveau ses portes pour la rentrée en août. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."