Bilan

Le PIB vaudois subit comme tout le monde

Les prévisions de croissance subissent l’environnement conjoncturel international. Elles ont à nouveau été abaissées de 1,8% à 1,6% pour 2019. Les acteurs vaudois de l’économie estiment qu’une embellie reste possible pour 2020.

Les différents événements internationaux continuent d'impacter l'économie romande.

Crédits: DR

Le PIB vaudois est lui aussi affecté par les bouleversements économiques mondiaux. Tant la croissance en baisse dans la zone euro que les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ont impacté les prévisions de croissance pour 2019. C’est ce qu’indiquent les dernières estimations de l'Institut d'économie appliquée des HEC de l'Université de Lausanne (CREA), publiées par la Banque cantonale vaudoise, l’Etat de Vaud et la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie. Le Fonds monétaire international (FMI) avait abaissé ses prévisions pour la croissance mondiale en avril.

Pour l’ensemble de la Suisse, la croissance est attendue à 1,3% cette année contre 1,7% au préalable. Les experts s’attendent à une légère embellie (1,4%) pour 2020.

Incertitude

L’incertitude reste élevée. De nombreux pays ont mis en place des mesures protectionnistes dont les effets pèsent sur la croissance mondiale. L’étude des acteurs économiques vaudois met en garde contre une possibilité d’escalade. Elle mentionne également les risques liés au Brexit ou aux différents endroits sous tension géopolitique. La remontée du cours du franc en tant que valeur refuge n’est pas exclue et l’évolution des relations Suisse-UE reste incertaine.

Il y a cependant du positif selon les auteurs des estimations. La croissance mondiale est selon eux ralentie, mais pas en récession. Les branches actives sur le marché intérieur permettent de contrebalancer les effets de la faiblesse des marchés d’exportations. Du côté de Genève, une enquête de la Chambre de commerce et d'industrie et de services de Genève (CCIG) montre que l'optimisme est de mise pour 2019. Après une année 2018 contrastée durant laquelle 44% des répondants enregistré une augmentation de leur volume d'affaires: «48% des répondants s’attendent à une augmentation de leur volume d’affaires et 43% à une augmentation de leur rentabilité pour 2019. Ils sont même 10% à s’attendre à une hausse supérieure à 10%, tant pour le volume d’affaires que la rentabilité.» indique le communiqué.

Des branches plus fortes

Une croissance marquée (plus de 2%) est attendue pour certaines branches, comme les activités immobilières, les services aux entreprises, l’hôtellerie-restauration, les services publics et parapublics ainsi que la chimie-pharma. Les estimations du CREA tablent sur une certaine stabilité (entre 0,5% et 2%) dans le secteur des services financiers et dans les transports et télécommunications. En ce qui concerne la construction, l’année 2019 devrait être une année en stagnation avec une croissance entre -0,5% et 0,5%.

Pour l’an prochain, les prévisions tablent en 2019 comme en 2020 sur un repli modéré (entre -0,5% et -2%) dans l’industrie des machines et l’horlogerie. Les commerces de détails et de gros devraient eux connaître une progression modérée. L'étude menée par la CCIG montre que les secteurs des technologies de l'information et de la communication, la santé, les médias et les arts graphiques et la chimie sont parmi les plus optimistes. La majorité des acteurs interrogés prévoient une augmentation du volume d'affaires. Au contraire, le négoce international, le tourisme, et la santé s'attendent à une année 2019 plus compliquée.

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."