Bilan

Le pétrole reprend son souffle dans un marché prudent

Les prix du pétrole reculaient lundi, les investisseurs renouant avec la prudence alors que les cours du brut évoluent à leur niveau d'avant la pandémie, malgré une demande toujours plombée par les confinements.

En 2020, la demande d'or noir a été plombée par la pandémie de Covid-19 et les confinements qui ont été imposés.

Crédits: AFP

Vers 11H55 GMT (12H55 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars cédait 1,38% à Londres, à 55,22 dollars.

Le baril américain de WTI pour le mois de février reculait de son côté de 0,82% à 51,81 dollars.

Le Brent avait ouvert la séance à son plus haut niveau depuis fin février, à 56,39 dollars, avant de reculer. Le WTI avait lui atteint vendredi 52,75 dollars, également un niveau plus vu depuis fin février.

En 2020, la demande d'or noir a été plombée par la pandémie de Covid-19 et les confinements qui ont été imposés, limitant les déplacements à travers le monde.

"Nos analystes pharmaceutiques estiment que la production mondiale de vaccins contre le Covid-19 devrait atteindre 750 millions de doses par mois en mars. Nous pensons donc que les restrictions de déplacements vont s'arrêter au deuxième semestre, ce qui dopera la demande de pétrole", jugent les analystes de Morgan Stanley.

Autre explication à la hausse des prix, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs partenaires (Opep+) limitent leur production pour éviter de noyer le marché.

Mais l'optimisme du marché a fini par s'affaisser lundi.

"Les inquiétudes sur la demande reviennent, car le nombre d'infections au coronavirus reste élevé et des confinements pourraient être rétablis ou prolongés", a commenté Eugen Weinberg.

Et si la victoire des démocrates aux sénatoriales de Géorgie devrait permettre au parti de Joe Biden d'adopter un plan de relance plus important, dopant la demande de carburant, elle laisse également présager d'un assouplissement des sanctions sur l'Iran, et donc d'un afflux d'offre, souligne Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

"L'année 2021 pourrait être une nouvelle année de montagnes russes pour les cours", prévient-il.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."