Bilan

Le Conseil des Etats approuve l'engagement de l'armée pour le WEF

L'armée devrait continuer à prêter main-forte aux autorités civiles grisonnes pour assurer la sécurité du World Economic Forum (WEF) de Davos de 2022 à 2024. Le Conseil des Etats a adhéré jeudi au projet du gouvernement. Le National doit encore se prononcer.

Entre 200 et 300 chefs d'Etats, ministres et autres représentants de l'économie se joignent habituellement au Forum de Davos.

Crédits: Keystone

Le Conseil fédéral met à disposition un effectif de 5000 militaires au maximum. Il s'agit d'un engagement subsidiaire dans le domaine de la protection des objets et des personnes, de l'espace aérien et de l'appui logistique. Le Conseil des Etats a approuvé cet engagement par 32 voix contre 12.

Les rencontres annuelles du World Economic Forum (WEF) constituant une plate-forme importante pour les autorités suisses, le Conseil fédéral veut poursuivre son soutien aux mesures de sécurité prises par le canton des Grisons, a indiqué la cheffe du Département de la Défense Viola Amherd.

L'édition 2021 à Davos avait été reportée en raison de l'épidémie de coronavirus. D'abord prévue en mai dans une formule réduite au Bürgenstock NW puis à Singapour, elle a été annulée pour cette année. Aux dernières nouvelles, la prochaine rencontre devrait se tenir au premier semestre 2022.

Contribution moins élevée


La situation sécuritaire restant inchangée, le dispositif de protection est maintenu au même niveau, a indiqué Charles Juillard (Centre/JU) pour la commission. Entre 200 et 300 chefs d'Etats, ministres et autres représentants de l'économie se joignent habituellement au Forum de Davos.

Les sénateurs ont également approuvé, par 32 voix contre 12, la participation financière de la Confédération aux frais de sécurité. La contribution s'élève à 2,55 millions par an, soit 7,65 millions pour les trois éditions.

Manque de transparence


C'est un peu moins que les années précédentes. La fondation du WEF a en effet décidé de devenir la principale contributrice à ce financement. La nouvelle clé de répartition entre la Confédération, la fondation, le canton et la commune de Davos a donné lieu à quelques discussions.

Une transparence accrue de la part de la fondation a été exigée, a indiqué Thomas Minder (Ind/SH). Bien que l'événement soit privé, il est incompréhensible que certains aspects financiers restent confidentiels au vu de l'importante contribution d'argent public engagé, a critiqué Daniel Jositsch (PS/ZH).

C'est à l'Etat d'assurer les coûts de sécurité, a rétorqué Martin Schmid (PLR/GR). "Le WEF en Suisse, c'est une chance pour la Suisse", a lancé Josef Dittli (PLR/UR). C'est une obligation du droit international de protéger les chefs d'Etats et de gouvernement ainsi que les hauts représentants qui sont les hôtes de la Suisse, a encore rappelé Viola Amherd.

L'engagement de l'armée en service d'appui n'aura pas de conséquences financières pour la Confédération. Ce service engendre des coûts presque équivalents à ceux que les formations engagées engendreraient si leurs effectifs accomplissaient leur service d'instruction annuel, soit un montant annuel d'environ 32 millions de francs.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."