Bilan

L'argent stresse les Suisses plus que tout

Plus prononcé en Suisse qu'ailleurs, la préoccupation de l'argent prédomine chez les Helvètes. Selon une enquête de Statista, l'argent stresse davantage les Suisses que la santé ou l'emploi.

55% des Suisses citent l'argent comme préoccupation première (49% pour l'échantillon mondial).

Crédits: Keystone

Investir son argent rend plus heureux, selon un sondage mené pour le compte de Blackrock, principal gestionnaire d'actifs au monde. L'étude, menée auprès de 1067 personnes au plan national, révèle que l'argent préoccupe davantage les Suisses que la santé ou l'emploi et que le fait de placer son argent contribue à améliorer leur bien-être.

«L'argent est le premier facteur de stress pour les Suisses», souligne mercredi l'enquête menée en ligne par le fournisseur de données Statista auprès de 27'000 personnes dans le monde (dont un millier en Suisse) pour le compte de Blackrock Global Investor Pulse. A cet égard, l'échantillon des Helvètes ne se distingue pas des autres: la situation financière est la préoccupation numéro 1, même si cet aspect est plus prononcé encore en Suisse qu'ailleurs.


Dans le détail, 55% des Suisses citent l'argent comme préoccupation première (49% pour l'échantillon mondial), devant la santé (mentionnée en premier par 49% des Helvètes), le travail (47%), la famille (39%) et les loisirs/la vie privée (30%). Blackrock fait le lien entre argent et bien-être en observant que les Suisses sont «peu nombreux à profiter pleinement des nombreuses possibilités que leur offrent les marchés financiers et les conseillers en investissement professionnels». Seuls 41% d'entre eux investissent dans des actions, des obligations ou l'immobilier.

A l'inverse, près des deux tiers (64%) détiennent des placements monétaires, tels des livrets d'épargne, des comptes à terme ou des liquidités. Or, note Blackrock, «les espèces ne génèrent pas d'intérêts. Ceux qui laissent dormir leur épargne toute l'année subissent une perte réelle à cause de l'inflation», relève André Bantli, responsable de la clientèle privée pour la Suisse et l'Europe continentale auprès du gestionnaire d'actifs.

«Manque d'informations»

Les auteurs de l'étude ont constaté que le niveau de bien-être des gens qui placent leur argent se situent en moyenne 18 points de pourcentage plus haut par rapport à ceux qui le laissent dormir. Ceux qui investissent se sentent aussi «plus accomplis» et «plus heureux». Les Suisses prennent plus au sérieux la prévoyance vieillesse que toute autre question. Ils sont 69% à prendre des dispositions spécifiques pour leur retraite, fait ressortir le sondage. C'est plus que la moyenne internationale.


Blackrock observe un «manque d'information criant» sur la notion d'investissement. Près des deux tiers des Suisses déclarent ne pas avoir assez d'argent pour le placer. Or, selon le gestionnaire d'actifs, «les objectifs d'épargne peuvent être atteints indépendamment du budget personnel.» S'ils se disent globalement favorables aux marchés financiers, les Suisses, pour près de 40% d'entre eux, estiment être insuffisamment informés sur le sujet.

Le sondage montre encore qu'un Helvète sur deux pense que les conseillers financiers sont dignes de confiance. Cette part, estime Blackrock, révèle bien la «valeur ajoutée» que représente un tel service, sachant que les conseillers sont considérés comme plus crédibles que les amis ou la famille pour ces questions. Pourtant, seul un sondé sur cinq est en contact avec un conseiller, conclut le gestionnaire, laissant entendre un potentiel de progression important sur le sujet.

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."