Bilan

L’alimentation, ce nouveau défi majeur

Nourrir la planète de façon saine et en quantité n’est plus envisageable sur le long terme sans se préoccuper de l’impact environnemental. Des opportunités s’ouvrent. Par Mourtaza Asad-Syed et Aymeric Poulain *

En 2019, plus de 820 millions de personnes ont souffert de sous-nutrition dans le monde.

Crédits: Yamada Taro/Getty images

Partout, dans le monde, les plans de relance s’accumulent. L’Union européenne consacre désormais des milliards pour financer la transition énergétique, mais leur destination reste insuffisamment précise. 2020 sera «l’année de la transition» si elle ne néglige pas le grand oublié des précédents plans de relance dans l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques): le challenge alimentaire.

Ce dernier porte sur trois défis majeurs. Premièrement, le défi quantitatif. En 2019, plus de 820 millions de personnes ont souffert de sous-nutrition. Or, d’ici à 2030, la population mondiale excédera 8,5 milliards d’humains, soit une augmentation de 800 millions.

Deuxièmement, le défi qualitatif. Le nombre d’humains sans accès régulier à une alimentation saine, nutritive et suffisante excède plus de 2 milliards. La «malnutrition» n’épargne pas les pays avancés avec une recrudescence de l’obésité qui touche particulièrement les Etats-Unis.

Enfin, le défi de la soutenabilité. Une partie du «capital environnemental» de l’humanité a été consommée pour favoriser l’amélioration des niveaux de vie. Mais ce capital ne sera pas disponible pour les générations futures. Pire, nous leur transmettrons une «dette environnementale» de plus de 1600 milliards de tonnes de dioxyde de carbone! Dès lors, il devient impossible de produire une alimentation saine en quantité sur le long terme tout en faisant abstraction de l’environnement.

Mais comment répondre aux défis de qualité et de durabilité? Il faudra probablement substituer le contenu de nos aliments. La consommation mondiale de protéines est estimée à 226 millions de tonnes par an. Or, sa production possède un impact environnemental très négatif. Pour pallier cette demande croissante, deux solutions existent. La première viserait à contraindre la demande pour des raisons de santé publique en taxant la consommation de viande, comme c’est désormais le cas pour l’alcool ou la cigarette. L’Allemagne, le Danemark ou la Suède ont déjà entamé des réflexions sur le sujet. La seconde solution engagerait les producteurs à substituer la viande aux produits végétaux. Une contribution bienvenue alors que les produits à base de viande expliquent 56% des émissions de CO2 de l’ensemble du secteur alimentaire, mais seulement 37% des protéines consommées!

Révolutionner l’agroalimentaire

Par ailleurs, il est probable que l’avenir alimentaire puisse passer par la révolution numérique. Grâce à la technologie, il est possible désormais d’évaluer l’impact écologique de la production alimentaire. Les consommateurs recherchent des aliments «propres» et cultivés de manière durable. Une meilleure information permettra des comportements plus responsables du citoyen consommateur. De plus, grâce aux plateformes numériques, les acheteurs peuvent mieux définir ces besoins auprès des producteurs.

Les défis alimentaires seront très probablement plus importants pour les décideurs de demain. Il est à parier que l’émergence de la génération X (1970-1985) et des millennials (1985-2000) orientera les choix de société pour se saisir de ce défi. Tout ne sera pas le fait des pouvoirs publics et de décisions politiques. En effet, cette deuxième «Révolution verte» est portée par des entrepreneurs privés. L’émergence d’un nouvel écosystème révolutionnera «l’approche industrielle» de l’agroalimentaire et offrira, pour les investisseurs, des opportunités aussi vitales que passionnantes pour la prochaine décennie.

* Respectivement directeur des investissements et gestionnaire de fonds chez Landolt & Cie

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."