Bilan

La Villa de William Randolph Hearst en vente pour 135 millions de dollars

La villa d'un des plus grands magnats de la presse du XXe siècle, William Randolph Hearst est en vente. La mise à prix de cette grande demeure d'inspiration Renaissance italienne de Beverly Hills atteint 135 millions de dollars.
  • La villa de Beverly Hills a appartenu à William Randolph Hearst du temps de sa splendeur.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • William Randolph Hearst a passé les dernières années de sa vie dans cette somptueuse demeure.

    Crédits: Image: Congress Library
  • Le tycoon américain a quitté son Hearst Castle pour s'installer là en 1947.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • Construite au début du XXe siècle, la demeure a été largement réaménagée pour le magnat des médias.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • La propriété dispose de nombreuses piscines et bassins.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • Un parc de 2,4 hectares entoure la maison.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • A l'intérieur, la demeure s'inspire autant des haciendas hispaniques que des villas de la Renaissance italienne.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • La décoration chargée n'a qu'assez peu changé depuis l'époque où William Randolph Hearst a vécu dans ces murs.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • Avec 28 chambres à coucher et 36 salles d'eau, la Beverly House atteint des dimensions considérables, même dans le très chic quartier de Beverly Hills.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton
  • Après avoir été vendue 115 millions de dollars à l'été 2013, l'agence annonce désormais une vente autour de 135 millions de dollars.

    Crédits: Image: Jeff Hyland/Hilton

C'est la dernière demeure d'un tycoon du XXe siècle. William Randolph Hearst a été l'un des magnats de la presse les plus puissants du XXe siècle. Dans l'Entre-deux-guerres, il a fondé ou possédé nombre de journaux américains parmi les plus diffusés et les plus influents comme le Cosmopolitan, Harper's Bazaar, le Chicago Examiner ou encore Boston American, sans même compter l'International News Service, sa propre agence de presse. L'homme devient aussi producteur de cinéma et côtoie de nombreuses stars hollywoodiennes. C'est notamment lui qui a donné l'inspiration à Orson Welles quand il a créé son personnage de Citizen Kane.

Passionné d'architecture, l'homme s'est fait édifier plusieurs demeures somptueuses. La plus connue est le Hearst Castle, à San Simeon (entre Los Angeles et San Francisco), qui a inspiré le château Xanadu, dans Citizen Kane et est devenu un musée depuis. Il a également entamé la construction de Wynton, un domaine comprenant un château médiéval européen et les bâtiments d'un monastère espagnol qu'il a fait démonter et transporter pierre par pierre.

28 chambres et 36 salles d'eau

Mais c'est dans sa villa de Beverly Hills que le magnat des médias a fini sa vie entre 1947 et 1951 (à l'âge de 88 ans). Une villa achetée 120'000$ et qu'il a largement transformée et remaniée. Sise sur un domaine de 2,4 hectares, la propriété s'inspire lointainement des demeures toscanes de la Renaissance, tout en puisant aussi dans l'atmosphère des haciendas hispaniques du Nouveau Monde.

Avec ses 28 chambres à coucher et ses 36 salles d'eau, la somptueuse demeure propose aussi une série de piscines et de bassins en cascade, le tout à quelques centaines de mètres de la célèbre artère de Sunset Boulevard. Un magnifique parc mêlant massifs floraux à la française et traditions du jardin anglais complète la propriété mise en vente par l'agence Hilton & Hyland, filiale de Christie’s International Real Estate. L'annonce mise en ligne précise que le dernier prix de vente était de 115 millions de dollars, lors de l'achat du bien par l'avocat Leonard Ross lors de l'été 2013.

«Une série de ventes record dans cette région de la Californie a fait exploser le plafond de verre qui pesait sur le secteur immobilier ici et le grand public a davantage confiance dans le potentiel immobilier de Los Angeles, qu'il estime comparable à celui des Hamptons ou de Londres», estime Jeff Hyland, cofondateur de Hilton & Hyland.

Les tournages du Parrain et de Bodyguard

«Les riches demeures américaines, à New York ou en Californie sont désormais vues comme des placements financiers sûrs pour les investisseurs internationaux», selon Jonathan Miller, président de Miller Samuel Inc. Les principaux acheteurs sont des familles chinoises, des industriels étrangers et des célébrités américaines comme des capitaux stables face aux variations des devises et des placements boursiers ou encore les vicissitudes des contextes politiques et économiques.

Pour les passionnés de cinéma, la villa de Beverly Hills n'a pas seulement inspiré Orson Welles pour Citizen Kane. La demeure a aussi accueilli les tournages de deux grands films: Le Parrain et Bodyguard.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."