Bilan

La Suisse souligne au G20 les risques des cryptomonnaies

La Suisse s'est inquiétée lors du G20 Finances des risques que représentent les cryptomonnaies dans le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et la protection des investisseurs.

Au sommet argentin, la Suisse a aussi eu son mot à dire sur la fiscalité de l'économie numérique. 

Crédits: keystone

La Suisse s'est inquiétée des cryptomonnaies lors de la réunion des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 à Buenos Aires. Le conseiller fédéral Ueli Maurer y a aussi plaidé pour une imposition appropriée de l'économie numérique.

Ueli Maurer "s'est positionné activement en soulignant les risques que présentent les cryptomonnaies dans les domaines du blanchiment d'argent, du financement du terrorisme et de la protection des investisseurs", écrit mardi le Département fédéral des finances (DFF) dans un communiqué. Au plan multilatéral, le Groupe d'action financière (GAFI) devra se concentrer sur les deux premiers aspects.

La Suisse mise quant à elle sur le potentiel de la technologie blockchain, aussi dans les services financiers. Elle cherche d'ailleurs "délibérément mais avec prudence" à être considérée dans le monde entier comme le pays de la blockchain ou des technologies financières, relève le DFF.

En janvier, un groupe de travail sur la blockchain et les ICO (pour Initial Coin Offerings) a été institué, conjointement avec le gendarme des marchés financiers (FINMA) et l'Office fédéral de la justice. L'objectif: accroître la sécurité juridique, préserver l'intégrité de la place financière et garantir une réglementation neutre en matière de technologie.

Au sommet argentin, la Suisse a aussi eu son mot à dire sur la fiscalité de l'économie numérique. "Afin de garantir la sécurité juridique, d'éviter la surimposition ou la double imposition et de limiter les charges administratives, notamment en ce qui concerne les start-up et les petites entreprises, il faut renoncer à des mesures à court terme", écrivent les services du ministre des finances.

Il faudra se pencher sur les règles existantes en la matière dans le cadre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), relève le DFF. Les nouvelles options possibles devront aussi être examinées.

Le sommet des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 s'est tenu sous la présidence argentine les 19 et 20 mars à Buenos Aires. La Suisse participait pour la troisième fois de suite à cette réunion ministérielle, sur invitation de l'Argentine. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."