Bilan

La Suisse se tourne vers l'Iran plutôt que vers les Etats-Unis

En attendant les discussions entre Berne avec les Etats-Unis sur de nouveaux accords commerciaux, l'Iran représente un marché intéressant pour la Suisse, évalué entre 80 à 90 millions de francs.

L'Iran représente un partenaire intéressant, à la population compétente et bien formée, a souligné Johann Schneider-Ammann.

Crédits: AFP

La Suisse devrait développer ses relations économiques avec l'Iran, un marché évalué entre 80 à 90 millions de francs. Le Conseil des Etats a approuvé lundi par 40 voix sans opposition un arrêté fédéral en ce sens. Aucune démarche similaire n'est en vue avec les Etats-Unis.

Dans le cadre du rapport sur la politique économique de la Suisse, l'indépendant schaffhousois Thomas Minder a questionné le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann quant à la pertinence de s'engager pour des accords commerciaux avec l'Iran plutôt qu'avec les Etats-Unis.

"Le téléphone avec M. Trump a eu lieu, mais nous n'avons pas discuté de la manière dont nous allons concevoir nos relations", a répondu le ministre de l'économie. Selon l'agenda du président américain, la question de l'avenir de l'accord de libre-échange nord-américain est prioritaire. "A un moment donné, ce sera à nous de lancer les discussions sur de nouveaux accords", a-t-il ajouté.

En attendant, l'Iran représente un partenaire intéressant, à la population compétente et bien formée, a souligné Johann Schneider-Ammann, qui s'est rendu dans la République islamique en février 2016. Il était accompagné d'une délégation économique.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."