Bilan

La Suisse numéro un mondial pour attirer les talents

Zurich figure parmi les villes les plus prisées au niveau mondial par les personnes qualifiées, avec Copenhague et Helsinki, selon une étude.

La Suisse obtient la première place des pays les plus attrayants, suivie par Singapour, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la Suède. 

Crédits: Keystone

La Suisse s'est établie en tête des destinations les plus attrayantes pour les personnes qualifiées, Zurich figurant parmi les villes les plus prisées au niveau mondial avec Copenhague et Helsinki, ont annoncé lundi les auteurs de l'édition 2017 de cette étude qui mesure la capacité des pays à attirer, former et retenir les personnes qualifiées.

Selon la 4e édition de l'Indice mondial de la compétitivité des talents (GTCI), la Suisse obtient la première place des pays les plus attrayants, suivie par Singapour, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la Suède. Parmi les autres pays européens, l'Allemagne n'arrive qu'en 17e position et la France se classe 24e sur la centaine de pays passés en revue.

Concernant la Confédération, l'étude a applaudi l'environnement régulatoire helvétique, l'efficacité du gouvernement, ainsi que les relations entre ce dernier et les entreprises. Le système éducatif et le niveau élevé de qualification sont également jugés positivement.

Les pays s'établissant dans le haut du classement disposent d'un système éducatif répondant aux besoins de l'économie, d'un marché du travail favorisant la flexibilité, la mobilité et l'esprit d'entreprise, ont souligné les auteurs de l'étude - l'école de commerce Insead, le géant du travail intérimaire Adecco et le Human capital leadership institute - dans un communiqué conjoint.

Avancée des robots


Au niveau des villes, Zurich est devancée par Copenhague, mais suivie par Helsinki, San Francisco et Göteborg. Ces métropoles conjuguent un niveau de vie élevé, une bonne connectivité et d'importantes opportunités pour des carrières internationales. Paris arrive en septième position, Berlin 12e, New York 14e et Londres 16e.

"L'évolution rapide de l'automatisation et de l'intelligence artificielle sont les sources de changements les plus importantes de notre époque dans nos manières de vivre et de travailler", a estimé le directeur général (CEO) d'Adecco, Alain Dehaze, cité dans le communiqué. "La transition sera difficile, raison pour laquelle les gouvernements et les entreprises doivent agir", a-t-il ajouté.

La part des tâches automatisées dans l'industrie devrait croître au niveau mondial, de 10% actuellement à 25% d'ici 2025, a précisé M. Dehaze. Des pays comme le Canada, le Japon, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et les Etats-Unis sont plus avancés à ce niveau que l'Autriche, la Belgique ou la France.

Selon le patron d'Adecco, les systèmes éducatifs doivent être réformés pour tenir compte de ces changements. Six sur dix jeunes entrant dans le monde professionnel d'ici 2025 exerceront ainsi des emplois n'existant actuellement pas encore. D'ici 2017, la demande pour des spécialistes du secteur technologique devrait grimper de 12% d'ici 2024 aux Etats-Unis, représentant 488'500 nouveaux postes dans ce secteur.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."