Bilan

La Suisse en tête des pays les plus compétitifs

La Suisse reste le deuxième pays le plus compétitif au monde, selon le classement annuel de l'IMD de Lausanne. Un résultat excellent, où se lisent cependant des incertitudes liées au marché du travail.
  • 1. Les USA. Cette année, les Etats-Unis se maintiennent au 1er rang et démontrent une dynamique conjoncturelle vigoureuse, notamment au niveau de l’emploi et de la consommation privée.

    Crédits: Wikipédia
  • 2. La Suisse. La nation helvète conserve son deuxième rang, et garde son image de petit pays compétitif face à une zone Euro encore fragile.

    Crédits: Wikipédia
  • 3. Singapour, caractérisé par une force d’exportation importante et un environnement favorable aux affaires.

    Crédits: Wikipédia
  • 4. Hong-Kong passe de la troisième à la quatrième place mais reste un lieu d’affaires extrêmement dynamique.

    Crédits: Wikipédia
  • 5. La Suède perd une place cette année mais réussit à se maintenir dans le haut du classement. Ses atouts : une économie ouverte et diversifiée, un surplus de la balance courante, une grande cohésion sociale - les femmes sont particulièrement reconnues-, des infrastructures performantes, notamment l'éducation.

    Crédits: Image : wikipédia
  • 7. Le Canada se maintient à la septième place, fort de sa prévisibilité et stabilité politique, ses abondantes matières premières, ses insitutions fortes (notamment financières) et une bonne politique fiscale. Son économie tournée vers l'innovation, et la technologie, est également un atout, tout come le haut niveau d'éducation et l'attitude "positive" envers la globalisation.

    Crédits: Image : wikipédia
  • 8. Les Emirats Arabes Unis sont portés par leur économie très dynamique combinée à un leadership étatique très fort. S'y ajoute leur politique fiscale très attractive, ainsi qu'une situation de plein-emploi.

    Crédits: Image : wikipédia
  • 9. Le Danemark se hisse dans le top 10, passant de la 12ème à la 9ème place, porté par une solide économie domestique, beaucoup d’exportations et des infrastructures améliorées. Le tout conjugué à des indicateurs stables en terme de gouvernement et de facilité à faire des affaires.

    Crédits: Wikipédia
  • 10. La Norvège reste de justesse dans le top 10, passant de la sixième à la dixième place, impactée par une monnaie forte, ainsi qu’une faible croissance en terme d’exportations.

    Crédits: Wikipédia

Mention très bien. Alors que la plupart des pays les plus compétitifs jouent aux chaises musicales, perdant ou gagnant une place d'une année à l'autre, la Suisse conserve son second rang au classement de l'International institute for management development (IMD), juste derrière les Etats-Unis et devant Singapour.

Etabli depuis 1989, le rapport de l’IMD évalue soixante pays à partir de 338 critères. Deux tiers sont des statistiques, mais le reste provient de sondages d’opinions, permettant d’établir la « compétitivité perçue », notamment par les CEO et managers.

« C'est la première fois que les Suisses sont si optimistes et confiants »

La force de la Suisse réside à plusieurs niveaux : qualité de vie et résilience de l’économie, deux critères pour lesquels le pays figure au premier rang, tout comme l’adaptabilité des entreprises face au marché. Mais aussi cohésion sociale (2ème), diversification ou efficacité de gestion des finances publiques (5ème). Pour les leaders d’opinion, la motivation des travailleurs reste élevée, leur expérience internationale significative, et le système de formation duale performant.

L’image de la Suisse reste celle d’un pays innovant, très compétitif, où il est facile de faire des affaires. « C’est sans doute la première fois que les Suisses sont si optimistes et confiants de leur force par rapport au reste du monde », analyse Anne-France Borgeaud Pierazzi, économiste au centre de compétitivité de l’IMD.

« Un manque d'attractivité »

Cependant,  quelques données laissent apparaître des inquiétudes : le franc fort est toujours un handicap à la compétitivité des entreprises (50ème). Et les investissements étrangers diminuent. « On détecte un manque d’attractivité ces douze derniers mois, une baisse globale des flux d’investissement en Suisse » remarque Anne-France Borgeaud Pierazzi. Enfin, la votation du 9 février a eu un impact : « la Suisse passe du 5ème au 16ème rang pour ce qui de la capacité à recruter de la main d’oeuvre étrangère». L’imprévisibilité du droit représente une crainte car elle impacte un des fondements de la compétitivité : le marché du travail.

Un atout de la Suisse est la bonne performance de ses partenaires, notamment l’Allemagne, principal partenaire commercial qui grimpe dans le classement, passant de la neuvième à la sixième place, portée par de bonnes performances économiques, et de très bons résultats pour ce qui est des finances publiques. La France gagne un rang, portée par de bons chiffres en terme de productivité mais toujours impactée par une politique fiscale trop lourde (27ème rang). Premiers du classement, les USA montrent un rebond solide à tous les niveaux, les perceptions de tous les acteurs indiquant que le pays semble bien sorti de la crise.

 

Camille Andres

JOURNALISTE

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."