Bilan

La Suisse doit mieux s'occuper de ses aéroports nationaux

La conseillère fédérale Doris Leuthard estime que la Suisse ne pense pas assez à l'importance stratégique de ses aéroports.

Le plan sectoriel pour l'aéroport de Zurich a ainsi été revu en prévision d'une éventuelle prolongation des pistes 28 et 32, que le parlement zurichois avait pourtant refusée. La sécurité des itinéraires de décollage et d'atterrissage devrait être améliorée.

Crédits: Keystone

La Suisse doit mieux s'occuper de ses aéroports nationaux si elle ne veut pas se retrouver en situation de dépendance, a averti jeudi la conseillère fédérale Doris Leuthard à l'occasion d'un congrès sur l'aviation à Lucerne. La Confédération compte à l'avenir exercer une plus grande influence sur les cantons.

Pour la ministre des transports, la Suisse doit prêter davantage d'attention à l'aviation. Elle ne pense pas assez à l'importance stratégique de ses aéroports. Au vu de la concurrence croissante du Moyen-Orient, la Confédération est obligée de négocier, faute de quoi elle risque de perdre son indépendance, a dit Doris Leuthard au forum d'Aerosuisse (faîtière de l'aéronautique et de l'aérospatiale) organisé au Musée des transports de Lucerne.

Dans les deux plus importants aéroports du pays, ceux Genève et Zurich, le trafic s'effectue sur les mêmes pistes depuis des décennies et se heurte aujourd'hui à des limites en termes de capacités. Or comme pour la route et le rail, les infrastructures doivent être développées, a fait valoir la conseillère fédérale. Les contraintes environnementales et d'horaires ne sauraient être alourdies davantage.

La Confédération doit à l'avenir exercer une plus grande influence, selon Doris Leuthard. Ainsi, elle pourrait intégrer des impératifs de prestations et de capacités dans les plans sectoriels. En outre, le Parlement pourrait être amené à prendre des décisions quant à l'orientation des aéroports nationaux.

Et la ministre des transports de rappeler que le Conseil fédéral a récemment approuvé la révision partielle du plan directeur zurichois. Dans le même temps, il a adapté la courbe d'exposition au bruit.

Le plan sectoriel pour l'aéroport de Zurich a ainsi été revu en prévision d'une éventuelle prolongation des pistes 28 et 32, que le parlement zurichois avait pourtant refusée. La sécurité des itinéraires de décollage et d'atterrissage devrait être améliorée.

La Confédération ne va cependant pas se substituer aux cantons, a assuré Doris Leuthard. Elle ne deviendra ni propriétaire ni opérateur des aéroports nationaux. Mais elle veut améliorer, d'entente avec les cantons, la marge de manoeuvre des aéroports.

Pour l'heure, le gouvernement est en train de redéfinir sa politique aéronautique. Le projet concocté par l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) a été envoyé en procédure d'audition aux différentes parties en août. Berne a repoussé le délai de réponse jusqu'en octobre.

Le Conseil fédéral décidera, au plus tôt à la fin de l'année, du fil rouge de la politique aérienne pour l'année prochaine.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."