Bilan

La Suisse championne du monde de l’attractivité des talents

Dans la quatrième édition du World Talent Ranking de l’IMD, la Suisse arrive au premier rang mondial, devant le Danemark et la Belgique.

L'IMD a ausculté 63 pays sous l'angle de l'attractivité des talents: la Suisse sur la première marche du podium.

S’il est un classement dans lequel la Suisse réunit tous les facteurs d’excellence, c’est bien celui de l’attractivité des talents. Entre la qualité reconnue du système d’éducation et la renommée du cadre de vie, les atouts s’accumulent pour faire de la Suisse une des destinations les plus recherchées pas les expatriés ultra-qualifiés. Des qualités attestées par la quatrième édition de l’IMD World Talent Ranking. Notre pays arrive ainsi en tête du palmarès devant 62 autres nations, devant le Danemark et la Belgique.

Le classement a été établi sur la base de trois catégories: investissement et développement, attraction et qualité du marché du travail. Les chercheurs ont pris en compte des facteurs tels que la formation, les coûts et qualité de la vie, la hauteur des rémunérations et la fiscalité.

Lire aussi: Comment la Suisse profile comme un centre fintech compétitif

La Confédération s’illustre notamment par les possibilités de formation en apprentissage, la hauteur des revenus et l’attractivité de l’environnement économique. L’IMD pointe encore une très bonne adéquation entre les attentes des entreprises et les programmes enseignés dans le cadre de l’éducation. «La Suisse établit une performance un peu plus faible au chapitre de la formation continue prise en charge par les entreprises et la motivation du personnel. Dans ce domaine, notamment le Danemark fait mieux », sanctionne José Caballero, senior économiste à l’IMD.

La Suisse pêche dans le domaine des coûts de la vie 

La personne qui doit se délocaliser a pour premiers critères de choix des facteurs de bien-être concernant sa famille comme le système de santé et la qualité des écoles. José Caballero reprend: «Les possibilités de développement de carrière au sein de l’entreprise viennent juste après. Les compagnies helvétiques ont une marge de progession à ce niveau.»

Lire aussi: La production industrielle est à nouveau intéressante en Suisse

Le point faible n’a rien d’une surprise: la Suisse pêche dans le domaine des coûts de la vie en se classant 60e sur 63 pays selon cette variable. José Caballero tempère: «Bien sûr, c’est un handicap. Mais il faut souligner que le coût de la vie est fortement correlé au niveau de la sécurité. Plus le pays est cher, plus il est sûr. A l’opposé, des pays émergents bon marché, comme le Mexique et l’Afrique du Sud offrent une sécurité nettement moindre.»

L'Allemagne importe et exporte ses talents

Moteur économique européen, l’Allemagne conserve son rôle phare dans la dynamique continentale. Directeur de l’IMD World Competitiveness Center, Arturo Bris commente par voie de communiqué de presse: «L’Allemagne est l’un des plus important exportateurs de talents et attire en même temps les meilleurs éléments venus du monde entier. Un bémol toutefois: la crise européenne de ces dernières années a forcé le gouvernement à légèrement baisser ses dépenses dans l’éducation publique.» Premier partenaire commercial de la Suisse, notre voisin d’outre Rhin se profile comme un important pourvoyeur de main d’œuvre utra-qualifiée dans la région germanophone.

De Bâle à Schaffhouse en passant par Zurich, les grandes entreprises et multinationales emploient nombre de ressortissants allemands. Souvent formés à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, les ingénieurs allemands sont très appréciés par sur le site zurichois du géant Google et par l’ensemble de l’industrie technologique.

Lire aussi: «L’EPFL est un fournisseur de talents pour toute la Suisse»

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."