Bilan

La santé tire la croissance helvétique

Une étude de Credit Suisse montre que les branches des soins et des technologies médicales, ainsi que l’industrie pharmaceutique, doperont la croissance de l’économie suisse.

L'industrie pharmaceutique écoule plus de 90% de ses médicaments et de ses diagnostics à l’étranger.

Crédits: DR

Très peu dépendantes de la conjoncture, l’industrie pharmaceutique, les technologies médicales et la santé présentent les plus forts potentiels de croissance de l’économie helvétique au cours des trois à cinq ans à venir. Telle est la conclusion du Manuel des branches que vient de publier Credit Suisse (CS). «Combiné aux progrès technologiques et de la médecine, le vieillissement progressif de la population dans les pays industrialisés entraîne, selon les auteurs de l’étude, une hausse continue de la demande de services et produits de ces branches.» 

1. La santé: 372 300 employés en 2015, valeur ajoutée brute de 40 milliards de francs

Cette branche est fortement axée sur le marché intérieur. En raison de la forte hausse des dépenses de santé et de la dégradation des finances publiques, la pression sur les coûts augmente. Malgré tout, le CS estime que le profil chances-risques cette activité est supérieur à la moyenne. «Ce résultat, explique-t-il, est motivé par la dynamique robuste et durable de la demande appuyée par le progrès technologique et médical ainsi que par le vieillissement démographique.»

2. Technologies médicales:  25 900 employés en 2015, valeur ajoutée brute de 4,9 milliards de francs

Les acteurs du système de santé et, indirectement, les patients, sont les clients des entreprises présentes dans les technologies médicales. Cette branche se caractérise par une grande diversité de produits: prothèses articulaires et autres produits orthopédiques, appareils électro-médicaux (par exemple les pacemakers et les appareils auditifs) et technique dentaire.  Elle réalise plus des trois quarts de son chiffre d'affaires à l'étranger, voire plus de 90% selon le produit. Avec 24% des exportations, les Etats-Unis constituent son principal débouché devant l’Allemagne (23%). Selon le CS, «les facteurs déterminant la demande sont, entre autres, la structure d'âge, la prévalence de maladies ainsi que le niveau de vie de la population dans les différents pays. Le progrès technologique et médical contribue également à la croissance de la demande en créant de nouvelles possibilités de diagnostic et de thérapie.» A l’avenir, estime le CS, «l'intégration de nouvelles technologies (informatique, mais aussi nanotechnologies/biotechnologies) dans les dispositifs médicaux représente un champ d'innovation prometteur.» Le profil chances-risques est supérieur à la moyenne. «Ce résultat est surtout motivé par l'augmentation de la demande de santé mondiale due à la démographie et au niveau de vie.»

3. Industrie pharmaceutique: 42 500 employés en 2015, valeur ajoutée brute de 23,9 milliards de dollars

Comme les technologies médicales, l'industrie pharmaceutique est fortement orientée à l'exportation: elle écoule plus de 90% de ses médicaments et de ses diagnostics à l’étranger et réalise un tiers du volume total des exportations suisses.  «Les dépenses en prestations de santé et en médicaments augmentent plus que proportionnellement avec la prospérité sociale», constate le CS. Selon ses économistes, le progrès technique et médical soutient la demande: la hausse de l’âge moyen de la population entraîne une augmentation des maladies chroniques (par exemple diabète, démence, cancer) et les innovations technologiques génèrent de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement.

L’évaluation chances-risques est très supérieure à la moyenne pour l’industrie pharmaceutique en raison du vieillissement démographique, de la prospérité croissante dans les pays émergents et d’un meilleur accès au système de santé dans le monde.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."