Bilan

La Russie lance officiellement son agence de notation nationale

La nouvelle agence de notation nationale voulue par la Russie pour contrer les agences occidentales, qui pour Moscou défendent les intérêts géopolitiques des Occidentaux, a entamé vendredi officiellement ses activités.

Après l'effondrement du rouble il y a un an, causé par la chute des cours du pétrole et les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, Standard & Poor's puis Moody's (mais pas Fitch) ont abaissé la note de la Russie à un niveau dit "spéculatif", boudé des investisseurs.

Crédits: Reuters

La nouvelle agence de notation nationale voulue par la Russie pour contrer les surpuissantes agences occidentales, qui pour Moscou défendent les intérêts géopolitiques des Occidentaux, a entamé vendredi officiellement ses activités.

Baptisée Akra (acronyme en russe d'agence de notation et d'analyse de crédit), cette nouvelle institution, "ayant achevé son enregistrement auprès de l'Etat comme entité légale, commence ses activités opérationnelles", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Ce projet porté par la banque centrale s'ajoute à un nombre croissant de tentatives dans les pays émergents pour s'attaquer à la domination de Standard & Poor's, Moody's et Fitch, dont les décisions constituent de véritables sésames pour emprunter sur les marchés. Si aucun ne s'est imposé au delà des frontières d'origine, certains experts qu'une nouvelle entité russe pourrait servir aux emprunts en roubles ou pour les investisseurs locaux.

Lors du premier conseil d'administration, Karl Johansson, qui travaillait depuis vingt ans pour le cabinet d'audit EY (ex-Ernst & Young), a été élu président du conseil d'administration, a indiqué Akra.

Comme prévu, l'ancienne numéro deux de la banque publique Gazprombank, Ekatérina Trofimova, a pris ses fonctions de directrice générale.

L'agence est dotée d'un code de conduite qui "établit des principes clés conformes aux meilleures pratiques du secteur et aux dernières exigences de la régulation", a assuré M. Johansson, cité dans le communiqué. Ces principes comprennent "l'intégrité et la transparence dans la notation, l'indépendance et la prévention de conflit d'intérêts", a-t-il ajouté.

L'agence est dotée d'un capital très éclaté, détenu par une trentaine de banques, fonds de pensions, sociétés d'investissements, ce qui doit garantir son indépendance, facteur essentiel pour les agences de notation. Certains experts ont cependant émis des doutes sur sa réelle impartialité vue la présence de plusieurs institutions publiques au capital et l'influence de la banque centrale, à l'origine du projet.

La banque centrale, en présentant le projet cet été, avait mis en avant la nécessité d'une agence "résistant aux risques géopolitiques".

Après l'effondrement du rouble il y a un an, causé par la chute des cours du pétrole et les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, Standard & Poor's puis Moody's (mais pas Fitch) ont abaissé la note de la Russie à un niveau dit "spéculatif", boudé des investisseurs.

Moscou avait réagi avec colère et dénoncé des décisions politiques dictées par Washington, alors que les relations sont au plus bas depuis la Guerre froide entre les deux capitales.

Au delà de la Russie, Standard & Poor's, Fitch et Moody's sont souvent accusés de mettre de l'huile sur le feu avec leurs abaissements et de prendre des décisions injustes.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."