Bilan

La Russie doit se préparer à "tous les scénarios" pour le pétrole

Vladimir Poutine a averti jeudi que la Russie devait se préparer à tous les scénarios économiques possibles, les prix du pétrole évoluant actuellement sous le niveau attendu.

"Le gouvernement prévoit une croissance de 0,7% en 2016, 1,9% en 2017 et 2,4% en 2018, mais tout cela repose sur un prix du baril à 50 dollars et aujourd'hui il est inférieur" (autour de 37 dollars à Londres jeudi), a souligné Vladimir Poutine.

Crédits: AFP

Vladimir Poutine a averti jeudi que la Russie devait se préparer à tous les scénarios économiques possibles, les prix du pétrole évoluant actuellement sous le niveau attendu par le gouvernement pour bâtir sa politique et espérer un retour à la croissance.

Le budget et les prévisions économiques ont été préparées sur la base d'un baril d'or noir à 50 dollars, ce qui semble aujourd'hui "optimiste", a reconnu le chef de l'Etat à l'ouverture de sa conférence de presse annuelle devant près de 1400 journalistes russes et étrangers.

"Le gouvernement prévoit une croissance de 0,7% en 2016, 1,9% en 2017 et 2,4% en 2018, mais tout cela repose sur un prix du baril à 50 dollars et aujourd'hui il est inférieur" (autour de 37 dollars à Londres jeudi), a-t-il souligné.

Vu la "volatilité" du marché pétrolier, il a estimé qu'il n'était pas nécessaire de se "presser" de publier de nouvelles prévisions et le budget. "Mais le gouvernement doit être prêt à tout scénario possible d'évolution des événements", a-t-il souligné.

La Russie traverse une profonde crise économique en raison de l'effondrement des cours du pétrole (sa principale source de revenus avec le gaz) et des sanctions imposées par les Occidentaux en lien avec la crise ukrainienne.

M. Poutine a évalué la chute du produit intérieur brut sur cette année à 3,7%, ce qui correspond aux indications données récemment par le ministère de l'Economie. Comme lors de ses récentes interventions, il a relevé des "signes de stabilisation" de l'économie et estimé que "le pic de la crise" était passé.

Plus pessimiste que le gouvernement, la banque centrale prévoit une nouvelle contraction du PIB l'année prochaine même avec un baril autour de 50 dollars et a prévenu récemment que si le pétrole se maintenait aux niveaux actuels toute l'année prochaine, le PIB pourrait chuter de plus de 2%.

Le ministère des Finances a averti de son côté que des mesures de rigueur supplémentaires pourraient être nécessaires pour maintenir le déficit budgétaire sous 3% en 2016.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."