Bilan

La production de pétrole de Russie atteint des records

La production de pétrole de la Russie a atteint un nouveau record en janvier, avant la rencontre avec l'Opep.

La Russie ne cesse d'augmenter sa production d'or noir ces derniers mois, participant ainsi à la bataille acharnée entre pays producteurs pour conserver leurs parts de marché alors que les cours ont plongé au plus bas niveau en 12 ans.

Crédits: AFP

La production de pétrole de la Russie, qui a lancé des consultations avec le Venezuela en vue d'une possible baisse de l'offre coordonnée avec le cartel des pays exportateurs, a atteint un nouveau record en janvier, selon des statistiques publiées mardi.

Les compagnies pétrolières russes ont pompé le mois dernier 46 millions de tonnes de pétrole et condensats, soit 18,88 millions de barils par jour en moyenne, selon les chiffres de l'agence publique chargée du secteur cités par les agences russes.

Cela représente une hausse de 1,5% par rapport à janvier 2015 et un record depuis la chute de l'URSS.

La Russie ne cesse d'augmenter sa production d'or noir ces derniers mois, participant ainsi à la bataille acharnée entre pays producteurs pour conserver leurs parts de marché alors que les cours ont plongé au plus bas niveau en 12 ans.

L'effondrement du marché affecte durement l'économie russe, en récession, car les hydrocarbures représentent un pan massif de l'activité et la moitié environ des revenus budgétaires.

La semaine dernière, le ministre de l'Energie Alexandre Novak a évoqué une possible réunion de la Russie avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dont elle n'est pas membre, en vue de discuter d'une éventuelle baisse coordonnée de production.

"En cas d'intérêt commun pour un rencontre entre l'Opep et les pays non membres de cette organisation, nous serons prêts à un tel consensus", a répété mardi le chef de la diplomatie russe, cité par RIA Novosti et Interfax lors d'une visite à Abou Dhabi.

Malgré le scepticisme des experts, M. Novak a reçu lundi son homologue vénézuélien Eulogio del Pino, dont le pays est membre de l'Opep, qui doit également se rendre au Qatar, en Iran, et en Arabie Saoudite, membres également.

Les deux ministres ont discuté de "possibles consultations avec les pays producteurs membres ou non de l'Opep" et M. Novak "a confirmé être prêt à participer à de tels pourparlers", selon un communiqué du ministère russe de l'Energie.

Mardi, le ministre vénézuélien a rencontré Igor Setchine, influent patron du numéro un russe du pétrole Rosneft et proche de Vladimir Poutine. Selon la société, ils ont évoqué non seulement les projets de Rosneft au Venezuela mais aussi "un possible coopération en vue de normaliser la situation sur le marché mondial".

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a jugé samedi qu'un accord était "proche" entre l'Opep et les pays non membres du cartel pour stabiliser le marché.

Interrogé sur ces discussions, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a assurait mardi que Moscou continuerait à entretenir des contacts avec les pays producteurs car "le sujet de l'instabilité du marché pétrolier est vital pour l'économie russe".

Vendredi, le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch a cependant prévenu qu'il revenait aux compagnies pétrolières et non à l'Etat de décider d'une éventuelle baisse de la production d'or noir de la Russie.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."