Bilan

La politique de la BCE soutient l'inflation et le PIB en zone euro

Sans les mesures prises par la BCE, les prix auraient baissé en zone euro l'an dernier et le PIB du bloc monétaire serait inférieur à ce qu'il est, a affirmé un de ses responsables.

La politique ultra-accommodante de la BCE a coïncidé avec "de nouveaux chocs", a rappelé M. Praet en référence à la chute des prix du pétrole, qui empêche l'inflation de repartir.

Crédits: AFP

Sans les mesures prises par la Banque centrale européenne (BCE), les prix auraient baissé en zone euro l'an dernier et le PIB du bloc monétaire serait inférieur à ce qu'il est, a affirmé jeudi Peter Praet, un de ses responsables.

"En l'absence de notre paquet de mesures, l'inflation aurait été négative en 2015", a dit M. Praet, membre du directoire de la BCE, lors d'une conférence à Francfort (ouest), prenant la défense d'une politique monétaire de plus en plus critiquée pour sa prétendue impuissance à faire repartir les prix et ses effets collatéraux néfastes.

"En 2016 (l'inflation) serait d'au moins un demi-point de pourcentage inférieure à ce que nous prévoyons à l'heure actuelle (+0,1%, ndlr), et d'environ un demi-point en 2017", a-t-il poursuivi. En outre, "d'après les estimations de nos services, nos mesures contribuent à rehausser le PIB de la zone euro d'environ 1,5% sur la période 2015-2018".

"Nous devons être attentifs à ne pas évaluer la politique monétaire en +regardant par la fenêtre+", a mis en garde M. Praet, c'est-à-dire à ne pas "comparer certaines variables maintenant avec ce qu'elles étaient avant la mise en place de nos mesures et conclure que notre politique a réussi ou échoué".

La politique ultra-accommodante de la BCE - à coups de prêts géants aux banques, taux d'intérêt très bas, rachats massifs d'actifs, le tout pour faire repartir la dynamique des prix - a coïncidé avec "de nouveaux chocs" subis par l'économie, a-t-il rappelé, en référence à la chute des prix du pétrole, qui empêche l'inflation de repartir.

Et d'énumérer les bienfaits de la politique menée par les banquiers centraux, entre autres une amélioration des conditions de financement pour ménages et entreprises.

"La politique monétaire menée depuis juin 2014 a été efficace", a conclu M. Praet. Mais la banque centrale ne peut pas à elle toute seule procurer à la zone euro "une reprise (économique) solide et pérenne", a-t-il ajouté, à l'attention des gouvernements européens que la BCE veut voir réformer leurs économies avec plus de détermination.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."