Bilan

La Grèce et ses créanciers s'efforcent de parvenir à un accord

Athènes et ses créanciers s'efforçaient vendredi de parvenir à un accord lors d'une réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro à Malte.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a mis un peu de pression sur toutes les parties.

Crédits: AFP

Athènes et ses créanciers s'efforçaient vendredi de parvenir à un accord lors d'une réunion à Malte, après des mois de surplace suscitant une inquiétude grandissante sur le redécollage de l'économie grecque.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a déclaré être d'"humeur positive", en arrivant à la rencontre de La Valette qui réunit les 19 ministres des Finances de la zone euro.

"Nous avons atteint des résultats, mais je vais d'abord en parler aux ministres", a expliqué le ministre néerlandais des Finances.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a mis un peu de pression sur toutes les parties: "Aujourd'hui, c'est un jour important, c'est le moment où tout le monde doit s'engager à boucler les paramètres d'un bon accord".

"La Grèce en a besoin, il est temps de stopper les incertitudes qui gênent les investisseurs", a martelé M. Moscovici.

Censées être bouclées en décembre dernier, les négociations doivent déboucher sur le versement par les bailleurs de fonds d'une nouvelle tranche du prêt de 86 milliards d'euros consenti en juillet 2015, dans le cadre du troisième plan d'aide à la Grèce, qui court jusqu'en juillet 2018.

Une manne d'argent frais dont Athènes aura bientôt besoin puisqu'elle doit rembourser des créances de plus de sept milliards d'euros en juillet.

En échange de ce nouveau prêt, le gouvernement grec doit mettre en oeuvre un certain nombre de réformes réclamées par ses créanciers, visant à rendre son économie plus compétitive.

Le dossier est d'autant plus compliqué qu'Athènes, mais aussi les créanciers entre eux, soit la zone euro et le FMI, évaluent différemment la situation économique de la Grèce pour les prochaines années et les remèdes à apporter.

Demandes 'aberrantes' 

Le Fond monétaire international (FMI), pour l'instant un simple conseiller technique dans le troisième plan d'aide, estime que les objectifs budgétaires fixés à Athènes par les Européens ne sont atteignables que si le gouvernement grec s'engage dès maintenant à mettre en oeuvre en 2019 des réformes supplémentaires.

Parmi ces mesures: des coupes supplémentaires dans les retraites, un abaissement du seuil d'exonération fiscale et de nouvelles déréglementations des marchés de l'énergie et du travail.

Ces demandes sont jugées "aberrantes" par Athènes, notamment en ce qui concerne les retraites, qui subiraient des coupes pour la quatorzième fois depuis 2010.

"Il y a eu des progrès dans les discussions, mais des questions importantes restent en suspens", avait déclaré jeudi à Washington Gerry Rice, porte-parole du FMI.

Déjà tendues, les négociations sont rendues encore plus difficiles par l'approche de l'élection présidentielle en France, le 23 avril et le 7 mai, et surtout des législatives allemandes en septembre.

Principal créancier de la Grèce, Berlin prône la rigueur envers la Grèce et s'aligne sur les exigences du FMI, car il souhaite le voir participer financièrement à la sortie de crise.

Mais l'autre issue proposée par l'institution internationale, qui consisterait à accorder à la Grèce un allègement de sa dette afin de lui éviter de mettre en oeuvre ces nouvelles mesures, est pour l'instant rejetée par l'Allemagne.

Ces questions seront donc très certainement au menu des discussions le 21 et 22 avril lors de la réunion annuelle du FMI à Washington, à laquelle participent les ministres de la zone euro.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."