Bilan

La France est la championne des dépenses sociales

Les dépenses sociales sont en baisse en Grèce ou au Canada, mais restent toutefois élevées dans la plupart des pays de l'OCDE avec en moyenne 22% du PIB, la France étant la plus généreuse (près de 32%).

Quatre pays consacrent plus de 30% de leur PIB aux dépenses sociales: la France, la Finlande, la Belgique et le Danemark.

Crédits: DR

Les dépenses sociales sont en baisse en Grèce ou au Canada, mais restent toutefois élevées dans la plupart des pays de l'OCDE avec en moyenne 22% du PIB, la France étant la plus généreuse (près de 32%), selon de nouvelles données rendues publiques lundi.

Ces dernières années, les dépenses allouées aux allocations chômage, maladie ou autres aides sociales ont connu des baisses importantes au Canada, en Allemagne, en Islande, en Irlande ou encore au Royaume-Uni. La Grèce enregistre la baisse la plus rapide (-2 points), indique l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Toutefois, dans la majorité des pays, les niveaux restent historiquement élevés.

Quatre pays consacrent plus de 30% de leur PIB aux dépenses sociales: la France, la Finlande, la Belgique et le Danemark. En Italie, en Autriche, en Suède, en Espagne et en Allemagne, elles représentent plus d'un quart du PIB.

A l'opposé, Turquie, Corée, Chili et Mexique dépensent moins de 15% de leur PIB pour les prestations sociales. Les trois derniers pays sont actuellement à un niveau similaire à celui des pays européens dans les années 1960.

Comparé au niveau de 2007, avant la crise, le ratio dépenses sociales/PIB a augmenté de 4 points en Belgique, au Danemark, en Irlande et au Japon. Il est en baisse au Luxembourg, en Espagne et en Finlande.

Dans le détail, les pays consacrent en moyenne davantage de dépenses aux prestations en espèces (12,3% du PIB) qu'aux services sociaux et de santé (8,6% du PIB). Mais dans les pays scandinaves, au Canada, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni, un meilleur équilibre entre les prestations en espèces et les prestations en nature est fait, remarque l'OCDE.

Les prestations en espèces ciblées sur les actifs représentent 4,4% du PIB en moyenne dans les pays de l'OCDE: 1% du PIB pour les indemnités chômage, 1,8% pour les prestations invalidité/maladie, 1,3% pour les prestations familiales et 0,4% au titre des autres transferts sociaux.

La santé est un poste important pour les dépenses publiques, passé de 4% du PIB en 1980 à 6% en 2012. Cette augmentation s'explique entre autres par le coût de la technologie et une proportion de personnes âgées plus importante.

Les retraites pèsent aussi plus lourd pour les comptes publics. Depuis 1980, les dépenses pour les pensions par rapport au PIB ont augmenté de 2 points en moyenne dans les pays de l'OCDE.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."