Bilan

La Finma met la banque Frey sous surveillance

La plainte déposée aux Etats-Unis pousse le président de la banque à abandonner ses fonctions au sein de l'étude où un partenaire est également poursuivi.
La plainte, déposée par le procureur du district sud de New York Preet Bharara continue de déployer ses effets. Markus Frey, partenaire et fils du fondateur de la prestigieuse étude zurichoise Niederer Kraft & Frey (NKF) quitte ses fonctions, alors qu'un autre partenaire, Edgar Paltzer, est poursuivi pour aide à la soustraction fiscale.

Markus Frey n'abandonne toutefois qu'une de ses casquettes puisqu'il reste actionnaire principal et président de la banque privée Frey qu'il a fondée en 2000. Un de ses ex-cadres, Stefan Buck, est également visé par la plainte mais il a déjà été suspendu de ses fonctions et la responsabilité de la division clientèle privée lui a été retirée.

Une «séparation claire»

Markus Frey explique qu'il a souhaité une «séparation claire» entre ces deux fonctions, mettant également dans la balance la défense des intérêts de l'étude. Ce retrait a été annoncé alors que se profile l'instance de surveillance des marchés financiers (FINMA).

«Nous sommes en contact étroit avec divers établissements, dont les collaborateurs se retrouvent entre autres poursuivis», a confirmé au Tages-Anzeiger un porte-parole de la FINMA. «C'est aussi valable pour la banque Frey.»

Question de survie

La FINMA ne donne pas d'autres détails mais l'objectif est clair. «Nous attendons des banques qui sont confrontées à des problèmes dans leurs activités internationales qu'elles traitent les cas activement», a poursuivi le porte-parole qui ne laisse pas traîner la moindre ambiguïté. «L'action doit nous convaincre», a-t-il répondu à la question de savoir si l'établissement pouvait survivre.

Si le président de l'établissement n'est pas poursuivi par la justice américaine, la banque figure en revanche sur la liste des 13 banques suisses qui négocient un accord susceptible de leur éviter des poursuites outre-Atlantique. Ces raisons ont suffi à l'étude NKF pour qu'elle veuille prendre ses distances avec son partenaire.

Markus Frey n'hésitait ainsi pas à affirmer à l'automne 2011 que son établissement n'avait pas recueilli le moindre client d'UBS, ce que la justice américaine dément en soulignant dans sa plainte que le nombre de clients américains au sein de l'établissement a triplé jusqu'en 2012.
Pascal Schmuck

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."