Bilan

La demande mondiale d'or a reculé au deuxième trimestre

La demande d'or a encore décliné au deuxième trimestre 2015, plombée par un manque d'appétit des Chinois et des Indiens pour le métal jaune.

La baisse la plus importante a été enregistrée sur le marché des bijoux. La demande dans ce secteur a décliné de 14% à 513 tonnes au deuxième trimestre 2015, contre 595 tonnes à la même période un an plus tôt, plombé par un manque d'appétit pour le métal jaune en Chine et en Inde.

Crédits: AFP

La demande d'or a encore décliné au deuxième trimestre 2015, plombée par un manque d'appétit des Chinois et des Indiens pour le métal jaune, mais pourrait s'améliorer dans la deuxième moitié de l'année, selon un rapport du Conseil mondial de l'or (CMO) publié jeudi.

La demande mondiale d'or d'avril à juin 2015 a atteint 915 tonnes, soit une baisse de 12% par rapport au deuxième trimestre 2014, selon le CMO, une fédération qui réunit les grands producteurs d'or de la planète.

La baisse la plus importante a été enregistrée sur le marché des bijoux. La demande dans ce secteur a décliné de 14% à 513 tonnes au deuxième trimestre 2015, contre 595 tonnes à la même période un an plus tôt, plombé par un manque d'appétit pour le métal jaune en Chine et en Inde.

La Chine et l'Inde sont au coude à coude pour la place de premier consommateur d'or au monde, même si les Chinois sont pour le moment en tête.

Le ralentissement de la croissance économique chinoise s'est traduit par un déclin de 5% de la demande de bijoux du pays, à 174 tonnes, a précisé le CMO.

La baisse de la demande indienne quant à elle semble liée à des facteurs plus temporaires, a constaté le conseil.

Des intempéries ont affecté les récoltes en Inde au début de l'année et donc les revenus des milieux ruraux, ce qui s'est ressenti sur la demande d'or, selon Alistair Hewitt, analyste en chef au CMO.

De plus, un ralentissement du nombre de mariages au troisième semestre a affecté les achats d'or du deuxième trimestre, entraînant ainsi un déclin de 23% de la demande indienne de bijoux, à 118 tonnes.

Le manque d'intérêt des Indiens s'est aussi ressenti sur la demande de métal jaune comme investissement. Celle-ci a baissé de 11% d'avril à juin 2015 atteignant 179 tonnes, à cause de la fermeté du marché des actions dans ce pays qui a détourné les acheteurs du marché de l'or.

En Chine, la demande de lingots et de pièces d'or a augmenté de 6%, à 42 tonnes. Mais c'est en Europe que la hausse de l'investissement des particuliers dans le métal jaune s'est particulièrement détachée.

Stimulée par les inquiétudes sur la Grèce au deuxième trimestre, "la demande de lingots et de pièces en Europe a progressé de 19% (à 47 tonnes) et, combinée à la demande d'ETF (fonds d'investissements adossés à des stocks physiques d'or), a atteint son plus haut niveau depuis la deuxième moitié de l'année 2012", a souligné M. Hewitt.

Mais globalement la demande d'or en tant qu'investissement a été plombée par l'amélioration de la santé de l'économie américaine, et un marché des actions florissant en Inde et en Chine, selon le CMO.

Toutefois, si l'on regarde le marché dans sa globalité on peut clairement voir que les consommateurs ont commencé à répondre à la baisse des cours du métal jaune, notamment en Asie et au Moyen-Orient, mais aussi aux États-Unis, a noté M. Hewitt.

Les prix de l'or ont fortement baissé au mois de juillet, atteignant leur plus bas niveau en plus de cinq ans, à 1.072,35 dollars l'once. Ils peinent depuis à se reprendre et à dépasser franchement le seuil psychologique des 1.100 dollars l'once.

"En Inde, pour la majeure partie du deuxième trimestre, les prix de l'or se sont échangés en dessous des prix mondiaux du métal jaune ce qui n'est généralement pas le cas dans ce pays. Mais avec la chute des cours, l'or en Inde est de nouveau plus cher, ce qui indique que la demande a rebondi", a noté M. Hewitt.

Par ailleurs, la demande d'or des banques centrales a elle aussi baissé au deuxième trimestre, de 13% à 137 tonnes, par rapport à l'année précédente. "Mais elle demeure robuste, augmentant de 11% par rapport au premier trimestre", a précisé le CMO.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."