Bilan

La croissance romande va ralentir à 0,8% en 2015

La croissance du PIB romand devrait connaître en 2015 un sérieux coup de frein à 0,8%, contre encore 2,1% en 2014 et 2,0% un an auparavant.

La partie francophone du pays présente toutefois une résistance certaine de par la diversification de sa palette d'activités, une dynamique domestique robuste et des exportations orientées sur des produits à haute valeur ajoutée.

Crédits: Keystone

La croissance du PIB romand devrait connaître en 2015 un sérieux coup de frein à 0,8%, contre encore 2,1% en 2014 et 2,0% un an auparavant, indique mercredi l'Institut de macroéconomie appliquée (Créa) de l'Université de Lausanne (UNIL) dans son étude périodique. De nombreuses incertitudes relativisent toutefois la portée de ces projections.

L'an prochain, le produit intérieur brut pourrait gagner jusqu'à 1,6%, sous conditions d'une embellie en zone euro et d'un relâchement de la pression haussière sur le franc.

Appréciation de la monnaie nationale, subséquente de l'abandon du taux plancher EUR/CHF, et morosité de l'économie mondiale expliquent en grande partie la perte de dynamique anticipée pour l'année en cours, expliquent les auteurs de l'étude.

La partie francophone du pays présente toutefois une résistance certaine de par la diversification de sa palette d'activités, une dynamique domestique robuste et des exportations orientées sur des produits à haute valeur ajoutée. Le renchérissement du dollar et la solidité de l'économie américaine constituent autant de soutiens.

L'année dernière, le PIB nominal romand s'était inscrit à 155,2 mrd CHF, représentant près d'un quart de l'économie helvétique.

Pour la première fois, le rapport s'attache à la "comptabilité physique" des Romands, à savoir leur consommation d'énergie, de matières premières, ainsi que de produits semi-finis et finis. Si chaque résident en Suisse consomme en moyenne annuelle plus de 11 tonnes de matière, les Romands n'en emploient que 8,4 tonnes, indique la Faculté des géosciences et de l'environnement de l'UNIL, mandatée pour ces relevés.

L'utilisation de ces ressources dans l'ouest du pays est par ailleurs nettement plus productrice de richesse que sur le plan national, chaque tonne générant 8420 CHF de PIB, contre 6766 CHF. Le fossé s'explique notamment par une économie romande plus orientée vers les services.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."