Bilan

La croissance du marché du luxe devrait nettement ralentir en 2015

La croissance du marché mondial du luxe devrait nettement ralentir en 2015. La volatilité sur le marché des devises est en cause.

Les Chinois restent les plus gros consommateurs de luxe avec 31% du marché, contre 24% pour les Américains et 18% pour les Européens. 

Crédits: DR

La croissance du marché mondial du luxe devrait nettement ralentir en 2015, en raison notamment d'une volatilité "sans précédent sur le marché des devises", selon une étude réalisée par le cabinet Bain and Company et la Fondation Altagamma qui réunit les grands noms du luxe italien.

Le marché des produits personnels de luxe - soit la maroquinerie, la mode, l'horlogerie, la joaillerie et les parfums et cosmétiques de marque - devrait représenter un chiffre d'affaires de 253 milliards d'euros en 2015 - en croissance de 13% sur un an à taux de change courant, mais "seulement de 1 à 2%" à taux de change constant, selon les projections de l'étude publiée jeudi.

A taux de change constant, cette progression avait été de 3% en 2014, et de 7% en 2013.

Le ralentissement de l'économie chinoise, les nouvelles destinations choisies par les touristes consommateurs de luxe pour bénéficier des meilleurs prix, tout comme "une volatilité sans précédent sur le marché des devises" vont ainsi avoir un impact négatif sur le marché du luxe, selon l'étude.

"Ces dernières années, nous avons souvent fait référence à une nouvelle norme du marché des produits personnels de luxe, caractérisée par une décélération de la croissance de ce marché. Nous commençons à percevoir nettement ce ralentissement", commente Claudia D'Arpizio, associée chez Bain et principale auteur de l'étude.

Elle rajoute que "dans cet environnement, l'enjeu pour les marques de luxe consiste à apprendre à naviguer dans un environnement particulièrement volatile et difficilement prévisible".

Si les Chinois restent les plus gros consommateurs de luxe (31% du marché, contre 24% pour les Américains et 18% pour les Européens), ils se détournent cependant de leurs destinations habituelles de shopping comme Hong Kong et Macao, "pour graviter vers l'Europe, la Corée du sud ou le Japon afin d'y bénéficier d'effets d'aubaine sur les prix liés aux fluctuations de devises", souligne l'étude.

L'enjeu vital pour les marques de luxe est donc "de définir des stratégies de prix opportunes" et "évaluer comment atténuer les effets de la volatilité", par exemple en ajustant la gestion des stocks en fonction des flux touristiques, selon Bain et Altagamma.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."