Bilan

La croissance de l'activité privée résiste en zone euro

La croissance de l'activité privée a marqué le pas en juillet, semblant ne pas être affectée par les soubresauts de la crise grecque.

Dans le détail, la croissance a décéléré en juillet tant dans l'industrie manufacturière (PMI à 52,2) que dans les services (PMI à 53,8), mais est restée soutenue dans les deux secteurs.

Crédits: Reuters

La croissance de l'activité privée a marqué le pas en juillet même si elle reste près de son plus haut niveau en quatre ans dans la zone euro, semblant ne pas être affectée par les soubresauts de la crise grecque, selon plusieurs analystes.

Le PMI composite a atteint 53,7 en juillet dans la zone euro, après 54,2 en juin, a indiqué vendredi le cabinet privé Markit, en publiant une première estimation de l'indice PMI.

Il évolue à son plus bas niveau en deux mois et est ressorti en-deçà des attentes des analystes qui tablaient sur 54. Lorsque le PMI est supérieur à 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est inférieur à ce seuil.

"La croissance économique de la zone euro ne paraît pas avoir été particulièrement affectée par les différents développements de la crise grecque au cours du mois. Les affaires semblent avoir suivi leur cours normal en juillet, comme le suggère le taux d'expansion de l'activité qui reste élevé", bien qu'en repli, estime Chris Williamson, économiste chez Markit.

"La crise grecque semble être un non-événement pour les producteurs de la zone euro: ni l'incertitude des mois précédents ni l'accord trouvé le 13 juillet semble avoir affecté de manière significative le PMI", renchérit Teunis Brosens, analyste pour la banque ING.

Le PMI de juillet va dans le sens d'une croissance de 0,4% au deuxième trimestre dans la zone euro, tout comme au début du troisième trimestre, souligne l'analyste.

"La tournure plus favorable prise par les récents évènements en Grèce permet d'espérer un rebond de la croissance au cours des prochains mois. Le PIB de la région pourrait alors enregistrer une progression d'au moins 1,5 % en 2015, en l'absence bien sûr d'une remontée possible des inquiétudes quant à une sortie de la Grèce de la zone euro", avance M. Williamson.

Moins optimiste, Jennifer McKeown, de Capital Economics, rappelle que l'indice PMI a peu évolué depuis quatre mois, (ce qui) semble confirmer que la reprise ne s'accélère pas comme espéré. Qui plus est, l'activité risque de ralentir dans les mois qui viennent avec les prix du pétrole et de l'euro repartant à la hausse, insiste-t-elle.

Dans le détail, la croissance a décéléré en juillet tant dans l'industrie manufacturière (PMI à 52,2) que dans les services (PMI à 53,8), mais est restée soutenue dans les deux secteurs.

La croissance a ralenti dans le secteur des nouvelles affaires à son plus bas niveau depuis février, le ralentissement de la hausse des nouvelles commandes dans l'industrie manufacturière compensant le renforcement de la demande observé dans le secteur des services.

Par pays, l'Allemagne et la France ont vu leur croissance ralentir, avec des plus bas respectifs de deux mois et trois mois. Dans le reste de la zone euro en revanche, la croissance s'est accélérée, creusant davantage l'écart avec les deux principales économies de la région.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."