Bilan

La Cour des comptes épingle l'exécutif genevois

Les cinq conseillers administratifs de la Ville de Genève et des membres de la direction ont fait l’objet d’un audit accablant de la Cour des Comptes.

Guillaume Barazzone cumule des frais de téléphone à hauteur de 17’315 francs pour 2017, soit un montant cinq fois supérieur à ses collègues.

Crédits: keystone

D'après l'audit de la Cour des Comptes, en plus de leur salaire de 254'000 francs, les magistrats de la ville perçoivent un forfait de 13’200 francs par an pour leurs frais de déplacement, de repas ou de téléphonie. S'y ajoutent des notes de frais mirobolantes et parfois injustifiées, d'après un article publié sur le site de Léman Bleu. Parmi elles, des dépenses pour des «bouteilles de champagne, consommation d’alcools forts dans des dancings, frais de bouche tard dans la nuit ou dans des buvettes de plage», liste la Cour des Comptes. 

Sommes vertigineuses

Sur des frais plus classiques, comme la téléphonie ou le taxi, certaines sommes sont vertigineuses. Guillaume Barazzone cumule des frais de téléphone à hauteur de 17’315 francs pour 2017, soit un montant cinq fois supérieur à ses collègues. La Tribune de Genève indique que Guillaume Barazzone dispose d'un téléphone unique pour ses communications professionnelles et privées. Le site précise que les élus disposaient jusqu'en juillet dernier d'un abonnement de base "obsolète" qui "n'était pas illimité (...)" et "ne comprenait que peu de données Internet". "Une fois utilisées, sans achat de paquets de données, 1 Go supplémentaire coûtait ainsi 100 francs", note le quotidien genevois. 

Guillaume Barazzone a également pris le taxi, tout comme Esther Alder, près de cent fois dans l’année pour près de 3000 francs, alors que les conseillers administratifs bénéficient de trois chauffeurs pour des déplacements professionnels. Certains de ces déplacements en taxi étaient de «nature privée», «effectués fort tard dans la nuit vers et depuis des adresses privées» et «motivés par un confort personnel».

Portant sur les frais professionnels de l’Exécutif et des directeurs de la Municipalité, le rapport est assassin, estime le site de 20 Minutes, ajoutant que les juges parlent d’une «organisation opaque couplée à une exemplarité défaillante». Un peu plus loin, le journal précise que pour certaines dépenses privées ou en «zone grise», Guillaume Barazzone a plaidé l’erreur, expliquant que ses cartes de crédit privées et professionnelles se ressemblaient beaucoup et partageaient le même code PIN. Les juges ont été surpris. «La Cour s’interroge quant à la nature réelle de ces «erreurs» et «zones grises» qui illustrent une forte négligence (...).»

Recommandations à "mettre rapidement en oeuvre"

La Cour des comptes dénonce dans son rapport l'absence de règles claires fixées par la Ville mais aussi le manque de vérification, d'après le site de la RTS. L'institution émet onze recommandations à "mettre rapidement en oeuvre" afin de "repartir sur des bases saines". Parmi ces recommandations, elle insiste sur la nécessité d'établir un règlement sur la prise en charge des frais professionnels des conseillers administratifs et de mettre en place un système comptable fiable afin de retracer les frais professionnels de chaque personne. La Cour des comptes invite également à rendre publics ces frais professionnels, et à instaurer des contrôles. Le conseil administratif a pris acte de ces recommandations et a annoncé, lors de sa conférence de presse, l'instauration d'un nouveau règlement et un renforcement des contrôles.

Par ailleurs, le site de Léman bleu a établi le classement des magistrats les plus dépensiers en 2017 : 

Guillaume Barazzone: 42’224 francs
Dont 17'315 francs de téléphone, 12’186 francs d’invitation, 4'370 francs d’hôtel et 3'942 francs de taxis.

Sami Kanaan: 26’915 francs
Dont 6’524 francs d’invitation, 6’519 francs de voyages, 4’016 francs d’hôtel et 3’750 francs de téléphone.

Rémy Pagani: 22’625 francs
Dont 9’407 francs d’invitation, 7’907 francs de voyages et 2’061 francs de téléphone. 

Esther Alder: 17’902 francs
Dont 7’591 francs d’invitation, 3’156 francs de téléphone et 3'014 francs de taxis.

Sandrine Salerno: 11’097 francs
Dont 3’659 francs d’invitation, 2’725 francs de téléphone et 2’620 francs d’hôtel.

 

Pas de poursuites pour l'instant

Les excès de l’Exécutif de la Ville de Genève en matière de frais ne font pas l’objet de suites judiciaires. A ce stade, la Cour des comptes a renoncé à dénoncer les faits au Ministère public. La loi l’oblige pourtant à le faire en cas de découvertes de faits potentiellement pénaux, selon un article publié sur le site de Radio Lac. L’avocat Romain Jordan estime que ces agissements problématiques – frais de natel exorbitants, paiement d’alcool en boîte de nuit, utilisation intempestive de taxis, tout cela aux frais du contribuable – pourraient relever d’une gestion déloyale des intérêts publics. Il précise que le procureur général peut à tout moment ouvrir une procédure spontanément, toujorus d'après le site de la radio. 

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."