Bilan

La consommation d'énergie est restée stable en Suisse en 2017

La consommation énergétique en Suisse est restée quasiment stable l'an dernier. Elle a reculé de 0,4% pour s'établir à 849'790 térajoules.

Les températures ont été un peu plus clémentes, du coup les degrés-jours de chauffages ont diminué de 1,5%.

Crédits: keystone

La consommation énergétique en Suisse est restée quasiment stable l'an dernier. Elle a reculé de 0,4% pour s'établir à 849'790 térajoules. La situation s'explique notamment par des conditions météorologiques légèrement plus favorables qu'en 2016.

Les températures ont été un peu plus clémentes, a expliqué jeudi l'Office fédéral de l'énergie. Du coup, les degrés-jours de chauffages ont diminué de 1,5%.

Dans le détail, la consommation d'huile de chauffage extra-légère a baissé de 6,5%, alors que celle de gaz naturel a augmenté de 1,4%. La consommation d'électricité a augmenté de 0,4%. Ces trois agents énergétiques représentent plus de la moitié de la consommation d'énergie finale globale.

Comme en 2016, la consommation de charbon a baissé (-3,8%) et l'utilisation d'huiles de chauffage lourdes a chuté (-33,3%). Mais avec le coke de pétrole (en recul de 14,6%), ces trois agents représentent moins de 1% de la consommation finale d'énergie. La valorisation énergétique des déchets industriels a augmenté de 15,8% pour atteindre 1,5% de la consommation énergétique.

Moins de carburants

Côté mobilité, la consommation de carburant a légèrement diminué (-0,6%). La tendance à remplacer l'essence par le diesel s'est poursuivie: les ventes de diesel ont légèrement baissé (-0,3%), tandis que la consommation d'essence reculait de 3,1%.

La vente de carburant d'aviation s'est accrue de 2,4%. Les carburants fossiles représentent un bon tiers (34,1%) de la consommation d'énergie finale globale.

Plus d'énergie renouvelable

La météo plus clémente s'est aussi répercutée sur la consommation de bois-énergie (-0,9%). La consommation de tous les autres agents énergétiques renouvelables a augmenté, tant pour l'utilisation de la chaleur ambiante au moyen de pompes à chaleur (+4,5%) que pour le recours au chauffage à distance (+2,4%) et à la chaleur solaire (+2,4%). En 2017, ces agents énergétiques représentaient 9,2% de la consommation d'énergie finale globale.

La consommation des biocarburants, qui a progressé de 58,1% en un an a plus que décuplé au cours des quatre dernières années. En 2017, les biocarburants représentaient 2,6% des ventes globales d'essence et de diesel au lieu de 1,6% en 2016. Cette augmentation s'explique par le fait que les carburants biogènes sont exonérés de l'impôt sur les huiles minérales et qu'ils peuvent être utilisés comme mesures de compensation du CO2.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."