Bilan

La Chine veut arrêter les investissements "irrationnels" à l'étranger

Pékin tente d'enrayer les salves d'acquisitions chinoises à l'étranger en tentant de distinguer les opérations stratégiques de celles dépourvues de toute logique.

Plusieurs médias financiers avaient récemment rapporté que Pékin envisageait d'interdire la plupart des investissements de plus de 10 milliards de dollars.

Crédits: AFP

Pékin a enjoint aux entreprises chinoises d'éviter les investissements "irrationnels" à l'étranger, en particulier dans le sport et le divertissement, à l'heure où la récente fièvre de méga-acquisitions par les firmes du géant asiatique inquiète désormais les autorités.

"Les régulateurs scrutent de près la récente tendance aux investissements irrationnels à l'étranger, dans des secteurs comprenant l'immobilier, l'hôtellerie, le cinéma et les clubs sportifs", tance le ministère du Commerce dans une déclaration publiée mardi soir.

"Nous demandons aux entreprises d'être précautionneuses quant à de telles décisions", poursuit-il, dans ce texte diffusé par l'agence étatique Chine nouvelle.

Cet avertissement semble s'inscrire dans les efforts du gouvernement pour tenter d'enrayer les salves d'acquisitions chinoises à l'étranger en tentant de distinguer les opérations stratégiques de celles dépourvues de toute logique.

Les autorités sont d'autant plus enclines à mettre le holà que nombre de ces transactions sont réalisées à crédit -- alors que la dette chinoise (privée et publique) s'est déjà envolée à 250% du PIB. Et Pékin chercher à juguler à tout prix une colossale hémorragie de capitaux hors du pays.

De leur côté, plusieurs médias financiers avaient récemment rapporté que Pékin envisageait d'interdire la plupart des investissements de plus de 10 milliards de dollars.

Les acquisitions supérieures à 1 milliard de dollars qui sortiraient des "activités fondamentales" du groupe chinois concerné seraient également bannies.

"Le yuan fait l'objet de fortes pressions à la dépréciation, et cela devient de plus en plus difficile de contrôler les mouvements de capitaux", a commenté mercredi auprès de l'AFP Li Jiachao, un responsable du cabinet de conseil en acquisitions DealGlobe.

Ce coup de frein semble à contre-courant du mot d'ordre de Pékin exhortant ses entreprises à se développer à l'international pour garantir leurs débouchés et mettre la main sur de nouvelles technologies.

Le géant asiatique est devenu en 2015 exportateur net de capitaux. En excluant le secteur financier, les investissements chinois ont atteint 146 milliards de dollars sur les 10 premiers mois de 2016, soit une flambée de 53% sur un an.

Aucun secteur n'est oublié, du football au cinéma, des technologies high-tech au tourisme, avec des montants parfois vertigineux.

Début 2016, le géant étatique ChemChina avait annoncé le rachat de l'agrochimiste suisse Syngenta pour 43 milliards de dollars.

Le conglomérat Wanda a racheté le studio hollywoodien Legendary pour 3,5 milliards de dollars, et s'était précédemment emparé de 20% du club de football espagnol Atletico Madrid.

L'assureur Anbang a quant à lui déboursé 6,5 milliards de dollars pour s'emparer d'une chaîne d'hôtels de luxe. Le Club Med, fleuron des villages vacances à la française, est lui passé dans l'escarcelle du fonds Fosun.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."