Bilan

La Chine, leader affirmé de la mondialisation

Le président chinois marque un tournant historique au Forum de Davos. Dans un contexte mondial en pleine mutation, la Chine se fait le défenseur numéro un du commerce international.

Face au ralentissement global, Xi Jinping souligne que de nouvelles sources de croissance vont émerger.

Crédits: AFP

L’occasion était parfaite. Entre une passation des pouvoirs américains agitée et des doutes européens sur fond de Brexit, la Chine ne pouvait espérer meilleur moment pour s’imposer.  

Xi Jinping, premier président chinois à se présenter au Forum de Davos, délivre un message fort ce mardi, lors du discours d’ouverture de la 47ème édition du Sommet réunissant l’élite des chefs d’entreprise et dirigeants étatiques : dans un contexte mondial imprévisible, la Chine veut protéger et renforcer le commerce international pour garantir la stabilité économique globale.

Lire aussi: Le président chinois fait la promotion du tourisme suisse

« Il est inutile de blâmer la mondialisation pour les problèmes de la planète », affirme le président chinois, au gré des paraboles et dictons, dans un discours très attendu par les participants du Forum.

« Toute tentative de stopper les échanges de capitaux est impossible et à rebours de l'Histoire. Personne ne sortira vainqueur d'une guerre commerciale», poursuit-il. Un message implicitement dirigé vers le président américain élu Donald Trump qui a annoncé vouloir mettre en place au plus vite des mesures protectionnistes.

Lire aussi: La victoire de Trump doit conduire à repenser la mondialisation

« Or, ajoute Xi Jinping, nous devons également nous adapter et réduire les impacts négatifs que pourrait engendrer la mondialisation.»

Un souffle pro-mondialisation bien accueilli

Ce discours en faveur de la mondialisation réjouit une grande majorité de l’assistance de Davos, convaincue dans son ensemble par le libre-échange. La présidente de la Confédération Doris Leuthard a elle-même souligné, en préambule du discours de Xi Jinping, le rôle prépondérant de la Chine sur la scène mondiale dont « le leadership responsable et réactif attire les regards de toute la communauté internationale », notamment dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat (COP 21).

Nombreux sont les participants au Forum à considérer ce discours comme le signe d’un tournant historique dans le leadership mondial. Un virage qui relève de l’ironie, puisque la Chine, dirigée par son Parti communiste, s’affiche désormais comme le premier défenseur du commerce international et du capitalisme… alors que les nations occidentales, Etats-Unis en tête avec l’Administration Trump, se replient peu à peu dans le protectionnisme.

Lire aussi: Mondialisation, le retour de l'histoire 

« A une époque, la Chine a douté de la globalisation, rappelle son président. Or, nous avons conclu qu’il était nécessaire de se plonger dans l’océan du commerce mondial. Il y a eu des obstacles, mais nous avons appris à nager. »

Face au ralentissement global, Xi Jinping souligne que de nouvelles sources de croissance vont émerger. Et qu’il faut, par conséquent, « développer de nouveaux modèles et faire de l’innovation le principal moteur de la croissance. »

Fossé entre populations et élites

Les propos de Xi Jinping creusent cependant davantage le fossé qui sépare les élites dirigeantes et une grande frange de la population, notamment occidentale. Une étude de PwC publiée en début de semaine confirme, sans surprise, que la perception qu’ont les dirigeants des effets de la mondialisation est bien plus positive que celle exprimée par la population. Le Forum de Davos a fait de la responsabilité des leaders le thème dominant de son édition 2017. Son objectif, énoncé par Klaus Schwaab, fondateur du WEF, étant de comprendre «pourquoi les gens sont en colère et pas satisfaits ». 

Dino Auciello

ANCIEN RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Dino Auciello a été rédacteur en chef adjoint à Bilan, responsable de bilan.ch, de novembre 2014 à juillet 2017. Il a rejoint Bilan en 2010, après avoir terminé ses études à l’Académie du Journalisme et des Médias de Neuchâtel.

Du même auteur:

Une PME en héritage: les clés d’une relève familiale réussie
Comment Cenovis s’attaque au marché alémanique

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."