Bilan

La Chine a profité en 2015 de la chute des cours des matières premières

La Chine a profité en 2015 de l'effondrement des cours du pétrole, du minerai de fer et des métaux industriels pour gonfler à moindres frais certaines de ses importations, tout en économisant au moins 160 milliards de dollars.

La Chine a gonflé de 2,2% ses importations de minerai de fer en volume l'an dernier, à 953 millions de tonnes.

 

Crédits: Reuters

La Chine a profité en 2015 de l'effondrement des cours du pétrole, du minerai de fer et des métaux industriels pour gonfler à moindres frais certaines de ses importations, tout en économisant au moins 160 milliards de dollars, montraient mercredi des chiffres officiels.

Paradoxalement, c'est le vif ralentissement de l'activité en Chine, deuxième économie mondiale, qui a alimenté la glissade des cours des matières premières. Si le plongeon a ébranlé les pays producteurs, le géant asiatique a lui tiré partie de l'aubaine. 

En volume, les importations chinoises de pétrole ont ainsi grimpé de 8,8% en 2015, à 335 millions de tonnes (environ 6,7 millions de barils/jour), ont indiqué les Douanes. Un niveau record selon Bloomberg News. La hausse sur le seul mois de décembre a été de 9,3% sur un an.

Des réglementations ont été assouplies pour permettre aux raffineries privées d'augmenter massivement leurs achats d'or noir, et les réserves stratégiques nationales ont été renforcées, rappelait l'agence financière.

Le coût moyen du brut importé sur l'année a dégringolé de 45,3% par rapport à 2014, selon Huang Songping, porte-parole des Douanes. Au total, le pays a dépensé 134,5 milliards de dollars pour ses achats de pétrole brut en 2015.

La Chine a aussi gonflé de 2,2% ses importations de minerai de fer en volume l'an dernier, à 953 millions de tonnes - un autre record selon Bloomberg. Elles ont bondi de 17% en décembre. Leur coût moyen en 2015 s'est inscrit en baisse de 39%.

Le volume des importations de cuivre est lui resté stable en 2015, mais Pékin a fait état d'un coût par tonne du métal rouge inférieur de 17% sur un an.

Les prix moyens du charbon se sont eux effondrés de 21,8%, tandis que les volumes importés chutaient de presque 30%, ont aussi indiqué les douanes.

Sur ces quatre matières premières (pétrole, minerai de fer, cuivre, charbon), les quantités importées par la Chine l'an dernier lui auraient coûté au total 160,5 milliards de dollars supplémentaires aux cours moyens de 2014, selon des calculs de l'AFP.

Pour le seul pétrole brut, l'économie réalisée s'élève à 114 milliards de dollars.

La Chine a néanmoins levé le pied sur ses importations de certains matériaux et métaux, sur fond d'essoufflement du secteur de la construction, de surcapacités industrielles - en particulier dans les aciéries - et de contraction de la production manufacturière.

Exprimé en dollars, le montant total des importations chinoises a plongé de 14,1% en 2015, un repli dont "sont principalement responsables la chute des cours mondiaux mais aussi le ralentissement des volumes de matières premières importées", a insisté M. Huang.

Toutefois, "le bond en volume des importations des principales matières premières en décembre suggère que la demande intérieure s'est renforcée" et une stabilisation de l'activité, tempérait Daniel Martin, expert du cabinet Capital Economics.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."