Bilan

La BCGE joue la carte de la prudence

La Banque cantonale de Genève (BCGE) a affiché mardi des résultats contrastés au premier semestre 2013.
La croissance modérée de ses résultats s'explique par une politique prudente sur le marché immobilier, a expliqué l'établissement.

Au premier semestre, le bénéfice net est ressorti en hausse de 0,8% sur un an à 36,8 millions de francs, tandis que le bénéfice brut a reculé de 6,9% à 65,4 millions. Les produits d'exploitation affichent de leur côté un repli de 6,3% à 167,1 millions de francs.

«Les risques sur le marché immobilier nous incitent à la prudence», a déclaré le PDG de la banque Blaise Goetschin, en faisant état d'une «croissance retenue» et «sélective» des affaires.

«D'autres banques font état de progressions plus marquées. Nous avons fait le choix de la sécurité, et cela nous coûte cher», a-t-il ajouté.

Augmentation progressive des taux

Cette prudence s'explique par la crainte d'une hausse des taux d'intérêt. «Nous sommes prêts à une hausse rapide, on bétonne sur une partie des crédits pour ne pas avoir de surprise», a affirmé M. Goetschin, même si l'établissement prévoit à ce stade seulement une hausse progressive et de faible amplitude dans les 18 prochains mois.

Les créances hypothécaires ont progressé modérément de 155 millions ( 1,7%), notamment sous l'effet de l'anticipation du volant anticyclique entrant en vigueur en septembre. Les revenus d'intérêt de 102,6 millions (-2,9%) reflètent les taux bas persistants. La marge d'intérêt se maintient à 1,32% (contre 1,37% au 31 décembre).

Les actifs sous gestion atteignent 19,1 milliards, en hausse de 2,2% par rapport au 31 décembre. Si un tassement a été constaté sur les fonds en provenance des pays européens, des apports nouveaux, en particulier d'Asie, ont compensé ces départs, a indiqué Blaise Goetschin.



Fonds propres et productivité en hausse

Il a insisté sur la nécessité de la banque d'augmenter ses fonds propres. Le niveau de fonds propres s'est accru de 2% à 1,1 milliard de francs, soit un ratio de 12,9%, au-dessus de la norme de 12% pour les banques de catégorie III.

La BCGE améliore par ailleurs sa productivité avec des charges d'exploitation en baisse de 6% à 101,7 millions. Les effectifs sont en recul de 1% sur six mois (723 équivalents 100% au 30 juin).

Pour l'ensemble de l'année, la BCGE s'attend à un niveau de rentabilité équivalent à celui de 2012, dans un contexte conjoncturel encore hésitant. Elle veut rester un partenaire central de l'économie régionale, avec 1,3 milliard de crédits supplémentaires accordés aux entreprises et particuliers en trois ans.

Son actionnariat en expansion (12'461 au 30 juin, 639 supplémentaires depuis le début de l'année) et la progression de l'action BCGE ( 17,7% en six mois au 30 juin) témoignent de la confiance dont jouit l'établissement. Il n'est par ailleurs pas exposé au risque de la question fiscale américaine «à sa connaissance», a précisé M. Goetschin, à la différence d'autres établissements cantonaux.
Anne-Elisabeth Celton

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."