Bilan

La BCE veut que "les gouvernements agissent"

Mario Draghi a enjoint jeudi les gouvernements de la zone euro et la Commission européenne à agir pour soutenir l'économie et à ne pas se reposer sur la politique monétaire.

M. Draghi répète régulièrement que la politique monétaire ne peut pas tout. Son message se fait d'autant plus pressant au moment où la BCE franchit le Rubicon des achats de dette publique à grande échelle.

Crédits: AFP

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a enjoint jeudi les gouvernements de la zone euro et la Commission européenne à agir pour soutenir l'économie et à ne pas se reposer sur la politique monétaire.

"Il faut que les gouvernements et la Commission européenne agissent", a dit M. Draghi, juste après avoir annoncé le programme très attendu d'achats massifs de dette par la BCE. "La politique monétaire peut créer les bases pour la croissance, mais pour que la croissance s'affermisse il faut de l'investissement", et c'est aux politiques d'en favoriser les conditions, a-t-il estimé.

La zone euro a besoin de réformes structurelles "mises en oeuvres avec rapidité. La rapidité est essentielle", a insisté l'Italien.

M. Draghi répète régulièrement que la politique monétaire ne peut pas tout. Son message se fait d'autant plus pressant au moment où la BCE franchit le Rubicon des achats de dette publique à grande échelle. Elle est prête à débourser à cet effet plus de 1.100 milliards d'euros d'ici septembre 2016.

Cette version moderne de la planche à billets doit permettre d'injecter des montagnes de liquidités dans le circuit économique et éviter un basculement de la zone euro dans la déflation, baisse auto-entretenue des salaires et des investissements, synonyme de marasme économique.

Mais cette injection d'argent frais va aussi provoquer une explosion de la demande d'obligations souveraines, et pousser leurs taux à la baisse. Les Etats peuvent déjà emprunter à des taux très bas sur les marchés, et cette situation doit perdurer voire s'accentuer.

L'élaboration des budgets nationaux coûtera donc moins cher, et les critiques, Allemagne en tête, craignent que certains gouvernements ne profitent de cette relâche pour repousser les réformes structurelles dont ils ont besoin.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."