Bilan

La BCE prolonge son programme de rachat

Le président de la BCE Mario Draghi a indiqué que le programme de rachats massifs de dette sera maintenu au moins jusqu'à fin mars 2017.

UBS juge pour sa part que les décisions relativement modestes de la BCE lèvent une partie de la pression sur la Banque nationale suisse (BNS) dans ses efforts pour contenir l'appréciation du franc.

Crédits: AFP

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi à -0,3% son taux de dépôt au jour le jour, dans ses efforts pour stimuler l'activité économique et relancer la faible inflation en zone euro. En conférence de presse, le président de l'institution Mario Draghi a indiqué que le programme de rachats massifs de dette sera maintenu au moins jusqu'à fin mars 2017. La palette de titres pouvant être rachetés sera également élargie.

Les places financières ne semblaient pas conquises par ces annonces et viraient au rouge. Le SMI ne faisait pas exception, s'enfonçant à 15h20 de 0,79% à 8945,3 points.

Ce programme dit "QE" (quantitative easing en anglais) comprendra la dépense a minima de 1500 mrd EUR dans l'économie. Jusqu'ici les achats, de 60 mrd EUR par mois, devaient durer jusqu'à septembre 2016, pour un volume minimum cumulé de 1140 mrd EUR.

Le taux de dépôt, qui s'applique aux banques stockant des liquidités en excès pour 24 heures auprès de la banque centrale, passe à -0,3% contre -0,2% auparavant, a annoncé le porte-parole. Avec cette pénalité infligée aux banques qui stockent de l'argent - il leur en coûtera 30 centimes pour 100 euros déposés -, la BCE espère inciter les établissements de crédit à prêter davantage aux ménages et aux particuliers, afin de dynamiser la consommation et l'investissement en Europe.

Le taux central, baromètre du crédit en zone euro, reste inchangé à 0,05%, et le taux de prêt marginal, auquel les banques empruntent pour 24 heures aux guichets de la BCE, stationne à 0,3%.

Moins drastique qu'attendu

Le secteur financier tablait sur un abaissement plus important du taux de dépôt, de 14,5 points de base en moyenne, rappelle IG Bank dans un commentaire. Les observateurs tablaient en sus sur une extension du montant mensuel alloué au programme de rachat d'actifs, à 70 mrd EUR par mois, souligne Andreas Ruhlmann pour expliquer l'accès de pessimisme des principales places financières.

Les mesures ne sont pas insignifiantes pour autant et devraient soutenir les marchés actions dans la durée, relativise l'analyste.

Concernant l'implication des mesures adoptées par la BCE sur la politique menée par son homologue helvétique, M. Ruhlmann table sur une réplication, à savoir un abaissement d'au moins 10 points de base du taux directeur, à -0,85%, lors de la prochaine réunion agendée au 17 décembre.

UBS juge pour sa part que les décisions relativement modestes de la BCE lèvent une partie de la pression sur la Banque nationale suisse (BNS) dans ses efforts pour contenir l'appréciation du franc.

L'euro s'est sensiblement renchérit face au franc dans la foulée des déclarations de M. Draghi, franchissant 1,09 CHF pour s'établir à 15h25 à 1,0917 CHF. Le dollar plongeait à l'inverse à 1,010 USD/CHF, contre encore plus de 1,020 USD en début d'après-midi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."