Bilan

La BCE est déterminée à mener à bien ses achats de dette

Mario Draghi s'est employé mercredi à couper court aux spéculations naissantes sur un arrêt prématuré des rachats de dette de la BCE, qu'il entend mener à bien "pleinement".

La BCE va se concentrer sur "la pleine mise en oeuvre" de ce programme, a martelé Mario Draghi, alors que les premiers succès de ce "QE" ont alimenté des spéculations sur un arrêt prématuré ou une réduction de la voilure.

Crédits: Reuters

Le président de la BCE Mario Draghi s'est employé mercredi à couper court aux spéculations naissantes sur un arrêt prématuré des rachats de dette de la banque centrale, qu'il entend mener à bien "pleinement" et dont il a salué "l'efficacité".

"Il est clair que les mesures de politique monétaire que nous avons mises en place sont efficaces", a dit M. Draghi lors d'une conférence de presse à Francfort.

Depuis le 9 mars, la Banque centrale européenne rachète en masse de la dette publique et privée afin de relancer l'économie et les prix en zone euro. Elle s'est fixé pour objectif de débourser 60 mrd EUR par mois au moins d'ici septembre 2016, soit a minima 1140 mrd.

La BCE va se concentrer sur "la pleine mise en oeuvre" de ce programme, a martelé l'Italien, alors que les premiers succès de ce "QE" ont alimenté des spéculations sur un arrêt prématuré ou une réduction de la voilure.

"Les rachats sont prévus pour durer jusqu'à fin septembre 2016, et au moins jusqu'à ce que la trajectoire de l'inflation soit en ligne avec notre objectif" d'un peu moins de 2%, a expliqué M. Draghi, rejetant comme "prématurées" toutes les spéculations sur un emballement de l'inflation - qui pointait à -0,1% sur un an en zone euro en mars - et la nécessité d'ajuster le programme.

"Je suis assez surpris de l'attention suscitée par une sortie prématurée du programme", a dit le président de l'institution monétaire, "alors que nous sommes dans ce programme depuis un mois". Il a comparé le débat à "se demander au bout d'un kilomètre si le marathon est bientôt fini".

Il a en outre rejeté l'hypothèse, souvent évoquée sur les marchés, d'une pénurie d'obligations à acheter.

"Les inquiétudes sur une pénurie d'obligations souveraines sont un peu exagérées", a dit M. Draghi, "nous ne voyons aucun problème" de ce côté-là. La BCE a acheté en mars pour 61 mrd EUR de titres, pour l'essentiel des obligations d'Etat.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."