Bilan

La BCE débute son programme de rachat de dettes le 9 mars

La Banque centrale européenne va débuter son vaste programme de rachat de dettes publiques et privées "le 9 mars", avec l'espoir de faire remonter les prix en zone euro.

"Nous commencerons le 9 mars 2014 à acheter" des titres de dettes publiques et d'autres titres du secteur privé sur le marché secondaire, a déclaré M. Draghi devant la presse à Chypre.

Crédits: AFP

La Banque centrale européenne va débuter son vaste programme de rachat de dettes publiques et privées "le 9 mars", avec l'espoir de faire remonter les prix en zone euro, a annoncé jeudi son président Mario Draghi.

"Nous commencerons le 9 mars 2014 à acheter" des titres de dettes publiques et d'autres titres du secteur privé sur le marché secondaire, a déclaré M. Draghi devant la presse à Chypre.

La BCE avait annoncé ce programme en janvier, avec l'objectif d'injecter 60 milliards d'euros par mois dans l'économie de la zone euro jusqu'en septembre 2016 au moins. M. Draghi a déclaré que l'annonce de cette mesure avait déjà eu "un certain nombre d'effets positifs" sur la zone euro.

Avec ce programme "d'assouplissement quantitatif", aussi connu sous son acronyme anglais "QE", la BCE prévoit de débourser au moins 1.140 milliards d'euros en rachats de titres.

La date de septembre 2016 n'est toutefois pas une fin en soi, comme l'avaient répété plusieurs membres de la BCE ces dernières semaines.

Le programme sera prolongé "au delà si besoin", a expliqué M. Draghi, jusqu'à ce que la BCE observe un "ajustement continu de l'inflation" vers la cible fixée par le gardien de l'euro, soit "proche mais en-dessous" des 2%.

La zone euro reste pour l'instant très éloignée de cet objectif d'inflation. Les prix ont reculé de 0,3% en février après une baisse de 0,6% en janvier.

Confiante, la BCE s'attend néanmoins à ce que la "reprise s'étende et se renforce progressivement" en zone euro, a assuré M. Draghi.

La politique très accommodante de l'institut monétaire, qui mêle "QE" et maintien de taux directeurs historiquement bas, doit permettre d'améliorer les perspectives de croissance et de réduire les surcapacités observées en zone euro, a-t-il ajouté.

La BCE a d'ailleurs relevé ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016. Elle attend dorénavant une croissance du PIB de 1,5% cette année et de 1,9% l'an prochain, contre des précédentes estimations de 1% et 1,5%.

Le gardien de l'euro a enfin publié pour la première fois une prévision pour 2017, d'une croissance de 2,1%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."