Bilan

La Banque mondiale s'inquiète de la pauvreté en Russie

La Banque mondiale a abaissé mercredi ses prévisions pour l'économie russe, dont la récession s'annonce plus grave et plus longue que prévu.

"Vue la gravité de la contraction attendue de l'économie et la vulnérabilité des ménages à faibles revenus aux chocs sur la croissance, le taux de pauvreté devrait fortement augmenter", a prévenu Andras Horvai, directeur de l'institution pour la Russie.

Crédits: Reuters

La Banque mondiale a abaissé mercredi ses prévisions pour l'économie russe, dont la récession s'annonce plus grave et plus longue que prévu, s'inquiétant de l'augmentation "troublante" de la pauvreté dans le pays.

"Vue la gravité de la contraction attendue de l'économie et la vulnérabilité des ménages à faibles revenus aux chocs sur la croissance, le taux de pauvreté devrait fortement augmenter", a prévenu Andras Horvai, directeur de l'institution pour la Russie, cité dans un rapport.

"Cela va accélérer une augmentation déjà troublante du taux de pauvreté, passé de 13,1% de la population au premier semestre 2014 à 15,1 au premier semestre 2015. La récession actuelle devrait inverser les progrès récents et menace les succès de la dernière décennie en termes de partage des richesses", a-t-il ajouté..

L'institution basée à Washington s'attend désormais à une chute de 3,8% du produit intérieur brut cette année et de 0,6% l'an prochain, alors qu'elle tablait jusqu'à présent sur une contraction de 2,7% cette année et un retour à une croissance de 0,7% l'an prochain.

La Russie se trouve en récession depuis le début de l'année à cause de la chute des cours du pétrole et des sanctions imposées par les Occidentaux en raison du rôle présumé joué par Moscou dans la crise ukrainienne.

Cette crise se caractérise par une envolée de l'inflation qui a plombé les revenus des ménages et la consommation, après l'effondrement du rouble fin 2014.

Si la stabilisation de la monnaie au printemps avait fait espérer un retour à la croissance dès la fin de cette année, la rechute des cours du pétrole, première source de revenus du pays avec le gaz, a rendu ce scénario peu probable.

"Le contexte extérieur difficile va continuer de présenter des risques sérieux pour les perspectives de croissance de la Russie à court terme", écrit la Banque mondiale dans un rapport.

"Pour autant, les perspectives du pays ne dépendent pas seulement de l'évolution des facteurs extérieurs mais aussi de sa capacité à réévaluer ses priorités et faire des choix difficiles", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement vient d'amender son budget 2015 pour l'adapter à une chute du PIB qu'il prévoit à 3,9%. La banque centrale prévoit de son côté une contraction comprise en 3,9% et 4,4% et n'attend pas de reprise économique avant le deuxième semestre 2016.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."