Bilan

La Suisse sur le podium européen pour les prestations sociales

La Suisse a consacré en 2018 20'795 francs par habitant aux dépenses sociales. Seuls la Norvège et le Danemark dépensent davantage. En Suisse, les prestations sociales représentent un quart du Produit intérieur brut (PIB). Proportionnellement, c'est moins que dans les autres pays européens.

Avec un PIB de 85'000 francs par habitant, la Suisse est le 3e pays le plus riche d'Europe.

Crédits: AFP

Avec un PIB de 85'000 francs par habitant, la Suisse est le 3e pays le plus riche d'Europe. Ses dépenses en matière de prestations sociales (24,6%) se situent toutefois plutôt dans la moyenne de l'Union européenne (26,5% pour les 28 Etats membres). La France, l'Allemagne, l'Italie, la Suède et le Royaume-Uni y consacrent davantage, entre 31,4 et 25,5%. L'Office fédéral de la statistique a publié vendredi ces chiffres pondérés par le pouvoir d'achat.

Les prestations sociales n'ont baissé qu'en Grèce (-16,1 points d'indice), en Irlande (-5,4), en Espagne (-2,5) et à Chypre (-0,4). Dans tous les autres pays, les dépenses sociales ont augmenté avec les années. Si l'on donne l'indice 100 en 2010 aux dépenses, elles ont augmenté de 15 depuis en Suisse. La plus forte hausse a été enregistrée en Turquie (40,6 points), en Bulgarie (34,8) et en Pologne (30,8).

Vieillesse en tête


Les dépenses les plus importantes sont liées au vieillissement, ce qui vaut aussi bien pour la Suisse (10,6% du PIB) que pour la plupart des autres pays européens (moyenne 10,8%). Plus la proportion de personnes âgées dans la population est importante, plus ces dépenses seront élevées.

La santé vient en 2e place. En Suisse, 7,8% du PIB ont été consacrées à ce domaine. La part est de 10,1% en Allemagne, 9% en France et 6,4% en Italie. Suivent les dépenses pour les familles/enfants, pour l'invalidité et survivants à hauteur de 1 à 2% chacun de ces domaines.

Le chômage, l'exclusion sociale et les allocations de logement représentent des parts de PIB ne dépassant pas 1% en Suisse et dans l'UE. Grâce à la bonne conjoncture de 2018, les prestations sociales liées au chômage sont faibles en Europe.

Les dépenses sociales dans les pays à PIB élevé - en Scandinavie par exemple - ont tendance à être plus élevées que dans les pays à PIB plus faible, comme l'Europe de l'Est. En Turquie, en Serbie et au Monténégro, les prestations sociales étaient inférieures à 5000 francs (corrigés du pouvoir d'achat) par habitant en 2018. Les pays plus septentrionaux de l'Europe de l'Est dépensent de 6000 (Roumanie) à 10'000 francs (République tchèque) par habitant pour les prestations sociales.

Dépenses plus élevées que la croissance


Dans 16 des 23 pays pour lesquels des séries temporelles complètes sont disponibles, les dépenses sociales ont augmenté plus rapidement que l'activité économique entre 1995 et 2018. En Suisse, la part des dépenses sociales dans le PIB a augmenté de 4,8 points de pourcentage. La Grèce et l'Islande ont elles enregistré une augmentation encore plus forte par rapport au PIB (+6,5 et +5,6 points de pourcentage).

Dans les sept autres pays, les dépenses sociales en pourcentage du PIB ont diminué. En Suède et en Irlande de 3,8 points de pourcentage.

Dans la plupart des pays d'Europe de l'Est, les données sont disponibles à partir de l'an 2000. Entre 2000 et 2018, la part des dépenses sociales dans le PIB est restée stable à 18% en moyenne dans ces pays, dans le contexte d'un processus de rattrapage économique.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."