Bilan

La Suisse occidentale continue d’attirer des entreprises étrangères

Avec 92 implantations en 2018 et la promesse de 700 emplois, la région tente de se concentrer toujours davantage sur les activités à haute valeur ajoutée.

Le Wagon (une école de codage informatique) s'est installé à Lausanne.

Crédits: GGBa

L’organisme de promotion économique de Suisse occidentale (GGBa pour Greater Geneva Berne area) tire un bilan satisfaisant de ses activités en 2018. L’an dernier, il a facilité l’arrivée de 92 nouvelles entreprises étrangères dans les cantons de Genève, Vaud, Valais, Fribourg, Neuchâtel et Berne contre 88 en 2017. Celles-ci prévoient la création de plus de 700 emplois dans un horizon de trois ans.

«La tendance reste positive. Notre région confirme son attractivité avec un nombre d’implantations mais également un nombre de visites d’évaluation en augmentation. 351 visites effectuées par 283 sociétés originaires de 36 pays permettent d’envisager une hausse des implantations ces prochaines années», indique le GGBa dans un communiqué. Celui-ci n’indique pas toutefois le détail de ses activités par canton.

Europe et Amériques en tête

La majorité des entreprises étrangères qui sont arrivées l’an dernier proviennent majoritairement d’Europe (57) et d’Amériques (19) et elles sont principalement actives dans les technologies de l’information et de la communication (33), les sciences de la vie (12) et les services (12). Parmi les entreprises citées par le GGBa figurent la société américaine WatchBox (horlogerie) à Neuchâtel, Colnec Health (e-santé) à Genève, Le Wagon (école de codage informatique) à Lausanne


L’an dernier, le GGBa a renforcé sa présence en Chine avec l’inauguration d’une antenne à Shenzhen et promet que celle-ci devrait générer des résultats positifs dès cette année. Ses responsables se sont aussi déplacés en Californie avec la promotion économique du Valais et l’Idiap (un institut de recherche actif dans l’intelligence artificielle installé à Martigny) afin d’y rencontrer des entreprises. Ils ont aussi organisé des missions de prospection à l’étranger avec le CSEM (centre de recherche dans l’électronique et la microtechnique à Neuchâtel) et PhytoArk (un site technologique dédié à la cosmétique, la phyto-pharmacie, la nutrition-santé à Conthey près de Sion).  L’objectif est «de renforcer le positionnement de la Suisse occidentale comme destination de choix pour les sociétés high-tech.

Des efforts sur les domaines à haute valeur ajoutée

Le GGBa cible particulièrement les entreprises actives dans les sciences de la vie, la robotique, les fintechs et la blockchain. Dans ce dernier domaine au potentiel important, il indique avoir accompagné l’implantation de plusieurs sociétés comme la firme de gestion d’actifs Trecento, le cabinet de conseil Psion Finance ainsi que l’éditeur de logiciels Centreon.

Depuis quelques années, le GGBa sélectionne ses cibles sur la base de critères tels que la valeur ajoutée, la création d’emplois et l’innovation afin que les investissements réalisés par les entreprises étrangères apportent une plus-value au tissu économique de Suisse occidentale.

En 2019, le GGBa concentrera ses efforts dans les domaines à haute valeur ajoutée et sur des marchés jugés à fort potentiel comme la France et la Chine et renforcera sa présence au sein de la Silicon Valley en Californie.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."