Bilan

«Train du désert», La stratégie gagnante d’une Iranienne

La femme d’affaires Shahpari Zanganeh a su habilement s’ouvrir les portes de l’Arabie saoudite. Et remporter un projet devisé à plusieurs milliards.

  • Shahpari Zanganeh visitant le chantier du «train du désert»

    Crédits: DR
  • Shahpari Zanganeh aux côtés de son époux Adnan Khashoggi près de Cannes, en mai 2001.

    Crédits: Jack Guez/AFP

Réussir dans les affaires au plus haut niveau, en Arabie saoudite, pour une Iranienne? Shahpari Zanganeh en est la preuve vivante. Après s’être rapprochée du géant espagnol de la construction OHL, cette femme s’est habilement faufilée dans les cercles saoudiens. Elle est parvenue à diriger ensuite un consortium d’une douzaine de firmes ibériques – dont OHL - rêvant de construire le «train du désert». Ce vaste projet de ligne à haute vitesse reliant Médine à La Mecque était devisé à 6,7 milliards d’euros. En octobre 2011, bingo! Damant le pion à la France, l’Espagne remporte le contrat. Mais, avant de décrocher ce Graal, Shahpari Zanganeh s’est montrée fine stratège.

D’abord grâce à sa vie privée. Troisième épouse de feu le marchand d’armes saoudien Adnan Khashoggi, bien introduit en Arabie saoudite, elle a partagé sa vie entre 1991 et 2014. Suffisamment longtemps pour bien saisir l’importance des réseaux. Si on l’aperçoit au bras de son époux dans des galas de charité, à Monaco ou à Cannes, l’Iranienne reste d’abord discrète. Jusqu’en 2004 où elle travaille pour le compte de OHL. Géant espagnol de la construction, cette firme a été historiquement proche de la monarchie ibérique.

Elle avance ensuite ses pions. Grâce à l’homme d’affaires allemand Manfred Osterwald, l’Iranienne déjeune en janvier 2006 à Saint-Moritz avec un homme clé d’Arabie saoudite: le sheikh Amr Al-Dabbagh, alors à la tête de la Saudi Arabia General Investment Authority, l’entité gérant les investissements du royaume. Elle le retrouve ensuite, ainsi que le roi d’Espagne*, lors d’un repas déterminant organisé par Manfred Osterwald le 2 février au château de Schöckingen, près de Stuttgart.

Et tout va se nouer en Arabie saoudite. Le 13 mars, une lettre explosive, rendue publique en 2020 par le média digital espagnol Okdiario, révèle que Juan Carlos recommande l’Iranienne auprès de la puissante monarchie arabe. Puis tout ce joli monde se retrouve à Riyad, en avril 2006. Et c’est OHL qui finance le déplacement de la consultante, de Madrid à la capitale saoudienne.

Vaste enquête pour corruption

Le projet prend corps entre 2008 et 2011, puis la ligne est inaugurée en octobre 2018. Deux mois auparavant, le procureur genevois Yves Bertossa ouvre une enquête pour blanchiment de capitaux. Le magistrat soupçonne une vaste affaire de corruption liée au «train du désert» après le versement de 65 millions d’euros, en 2008, par les Saoudiens au roi d’Espagne sur un compte suisse. Le procureur peine à réunir les preuves. Contrairement à ses collègues espagnols, Yves Bertossa n’a jamais cherché à joindre Shahpari Zanganeh. Son témoignage serait pourtant crucial pour démêler cette vaste enquête partie de Genève.

Toute médaille, même dorée, a son revers. Aujourd’hui, Shahpari Zanganeh bataille devant un tribunal arbitral international pour obtenir, selon les médias espagnols, la bagatelle de 135 millions d’euros de la part des firmes ibériques ayant remporté le contrat. Sans confirmer le montant et en assurant n’avoir rien à se reprocher, l’Iranienne indique avoir entamé cette procédure «afin d’exiger le paiement des sommes considérables qui sont dues à ma société». Cette pugnace dame en noir arrivera-t-elle à ses fins? Ou, comme l’enquête du procureur genevois, toute cette affaire finira-t-elle par s’enliser dans les déserts d’Arabie saoudite ou disparaître dans les obscurs couloirs de la maison royale espagnole?

* La vie tumultueuse du roi d’Espagne fait l’objet d’un reportage de «Temps Présent», diffusé le jeudi 29 avril et disponible en replay sur rts.ch.

Roland Rossier

Journaliste

Lui écrire

Du même auteur:

Goron tombe en faillite

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."