Bilan

La permanence des graines d’entrepreneurs

Plusieurs institutions et organisations genevoises s’allient pour créer une permanence de l'entrepreneuriat pour les plus jeunes. Les collégiens et apprentis disposeront d’un espace dédié avec coaching et co-working à l’Université de Genève.

Les collégiens et apprentis disposeront d'un espace pour poser leurs questions à des experts.

Crédits: Graines d'Entrepreneurs

Les idées et projets donnent parfois naissance à de réelles startups, entreprises ou associations. Pour y parvenir, les entrepreneurs doivent faire face à de nombreux défis. Ils sont parfois d’ordre juridique, mais ils peuvent relever de la communication, de l'ingénierie ou du commercial. Autant de domaines difficiles à appréhender, et de questionnements, pour de jeunes entrepreneurs en herbe, au collège ou en apprentissage. L’association Graines d’Entrepreneurs, avec le soutien du Département du développement économique du canton de Genève et le Bureau de transfert de technologies et de compétences de l’Université de Genève UNITEC, souhaite les aider à travers une permanence.

Le but: permettre à ces jeunes ayant des idées de projets d’avoir les informations et l’aide nécessaire pour mûrir leurs idées au plus tôt. Chaque mercredi, une permanence accueillera les intéressés de 16h30 à 18h30 à l’Université de Genève. «L’objectif n’est pas qu’ils arrêtent leurs études pour lancer leur projet.» avertit Laurence Halifi, co-fondatrice de Graines d’Entrepreneurs. Plutôt, son association espère maintenir l’envie d’entreprendre de ces collégiens et apprentis en partageant avec eux les étapes clefs et défis à relever.

De l’idée à la réalisation

Les idées ne manquent pas. Il y a par contre tout un chemin à connaitre pour parvenir à faire aboutir une idée en quelque chose de concret. Des experts et des mentors entrepreneurs seront présents dans les locaux de l’UNIGE pour partager leurs expériences pendant deux heures chaque semaine. L’ordre des avocats a par exemple promis de passer pour parler des démarches juridiques ou de la propriété intellectuelle.

«Après l’école obligatoire, les jeunes sont plus intéressés d’avoir des réponses immédiates et concrètes aux questions ponctuelles qu’ils se posent dans leurs projets, plutôt que de suivre des cours complets.» affirme Laurence Halifi. Cette permanence leur convient mieux et leur donne les bases pour innover dans le futur dans les entreprises qu’ils intégreront ou en se lançant plus tard. «Cela contribue à notre mission de transmettre l’esprit d’entreprendre aux jeunes générations, et rentre dans la stratégie 2030 de Genève de développer une véritable culture entrepreneuriale dès le plus jeune âge .» ajoute-t-elle.

L’autre co-fondatrice de Graines d’Entrepreneurs est d’ailleurs Nadine Reichenthal, qui a créé et dirige l’accélérateur de projets et startups de l’Université de Lausanne. C’est dans cette même université qu’une permanence semblable sera officiellement lancée. Elle sera intégrée directement à l’UNIL et sera soutenue par le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud.

Evénements et conférences

Dans le cas vaudois, la permanence s’inscrit dans l’accélérateur et au sein d’un projet plus large. Celui du Hub innovation et entrepreneuriat que dirige Anne Headon à l’UNIL. Les gymnasiens et apprentis pourront donc bénéficier des mêmes conférences et conseillers en entrepreneuriat que les étudiants en Bachelor, Master et Doctorat.

La structure genevoise précise que des événements et conférences auront régulièrement lieu au sein d’organismes professionnels partenaires. Le but est de varier les activités proposées mais aussi simplement de sortir. «Il faut qu’ils réalisent que l’entrepreneuriat n’est pas seulement à l’université, mais partout» tranche Laurence Halifi.

Début de la permanence: mercredi 4 décembre. Quant à l’éventuelle date de fin du projet, elle n’existe pas. Tant qu’il y aura des jeunes intéressés, il y aura cette offre.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."