Bilan

La moitié des montres sur Kickstarter sont un flop

Le financement des différentes montres horlogères fonctionne pour la moitié des cas sur Kickstarter. Une étude menée par «The Mercury Project analyse dresse le bilan de ces campagnes.

Les trois montres qui ont le plus cartonné sur Kickstarter en 2019 viennent de pays différents.

Crédits: DR

Sur 419 projets horlogers amorcés, 220 sont considérés comme réussis. La plateforme de financement participatif Kickstarter est un des moyens pour attirer les clients avant même de produire les montres. «The Mercury Project» a recensé les projets de montres sur ce site, afin de comprendre ce qui a fonctionné ou non. Sur le podium de ceux qui ont levé le plus de fonds, une marque américaine, une française et une suisse.

NASA

La marque Xeric a lancé sa montre qui honore le 50ème anniversaire de la mission Apollo 1. Ce garde-temps a dépassé toutes les attentes. L’objectif affiché s’élevait à 9’885 francs. La somme récoltée, elle, a atteint 5’342’242 francs, soit 54044% de ce qui était demandé. Il faut dire que les «backers» - soit ceux qui ont soutenu le projet - étaient presque 18’000. Ces personnes ont déboursé près de 300 francs en moyenne.

Remake

Seconde opération horlogère la plus réussie en 2019 sur Kickstarter: la montre Superman Heritage de YEMA. La marque française avait sorti un modèle en 1970 et ont décidé de le rééditer plusieurs décennies plus tard. Résultat: 1’046’104 francs relevés, malgré un objectif de 222’820.-. CHF. Cela représente 469% de la somme demandée réunie par 1222 soutiens. La belle moyenne de 856 francs par personne a été atteinte.

Smartwatch

Première opération suisse du classement, la montre «Automatic Self-Charging Smartwatch: Supercharger» a elle été obtenu 1055% de la somme. Les 49’000 francs demandés ont largement été dépassés avec les 632’381 francs récoltés. Les 1764 personnes qui ont financé le projet ont déboursé en moyenne 358 francs.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."