Bilan

L'ouverture totale du marché n'emballe pas la branche énergétique

La libéralisation complète du marché trouve de moins en moins d'adeptes dans le secteur de l'énergie suisse, selon une enquête d'EY. Plus de la moitié du secteur préférerait y renoncer.

Les entreprises de la branche prévoient que la libéralisation ne se fera pas avant 2022.

Crédits: Keystone

Plus de la moitié du secteur de l'énergie suisse préférerait renoncer à l'ouverture complète prévue du marché, selon une enquête d'EY. Par ailleurs, les entreprises de la branche prévoient que la libéralisation ne se fera pas avant 2022.

La libéralisation complète du marché trouve de moins en moins d'adeptes dans le secteur de l'énergie suisse, révèle une étude publiée mardi par la société d'audit et de conseil EY. Les fournisseurs d'énergie souhaitent à 57% y renoncer totalement.

"L'ouverture complète du marché pour les clients privés va induire une intensification de la concurrence. (...) Les entreprises qui ne s'y sont pas préparées n'auront aucune chance sur le marché de l'énergie une fois libéralisé", analyse Alessandro Miolo, responsable du secteur énergie chez EY Suisse.

L'année dernière, un tiers des sondés considérait que 2018 était le bon moment pour opérer la libéralisation. Aujourd'hui, 55% d'entre eux prévoient que l'ouverture ne se fera pas avant 2022.

Par ailleurs, les 44 entreprises sondées soutiennent à 82% la "Stratégie énergétique 2050" adoptée par le Conseil fédéral. Un chiffre en légère augmentation par rapport à l'année dernière, selon cette étude.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."